Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 octobre - Débat sur Discord : Pourquoi Trump est-il un moindre mal ? Lire 19 octobre - Evasion fiscale, blanchiment : ce que l’Afrique perd vraiment Lire 13 octobre - Joe Biden, le candidat du complexe militaro-financier Lire
AccueilActualités

Assassinats ciblés par drone : l’inquiétant tournant de Macron

Vous souvenez-vous des « Drone Papers »  ? C’est ainsi que le site d’investigation The Intercept avait baptisé son long dossier levant le voile sur certains aspects du programme d’assassinats ciblés de l’armée américaine et de la CIA, en octobre 2015 (voir également encadrés en bas de cet article). Un dossier que Solidarité et progrès avait couvert à l’époque, évoquant notamment le rôle du président Obama. Dans le cadre de cette lutte contre le terrorisme, le nombre de tirs de missiles par drone et de morts se chiffre par milliers et sur une demi-douzaine de théâtres d’opération - notamment en Afghanistan et au Yémen. Mais quid du président Macron, alors que la France est toujours aux prises avec le terrorisme, au Sahel notamment ?

Les opérations « homo »

Depuis Guy Mollet en 1957, tous nos chefs d’Etats ont eu recours à des opérations dites « homo » (pour homicide). Il s’agissait ni plus ni moins que d’assassinats ciblés - les mêmes qu’on a aujourd’hui rebaptisés sous le nom de « neutralisation ». Pour autant, ce qui consistait en l’élimination d’individus représentant une menace grave et imminente à la sécurité de la nation était exécuté avec « une extrême parcimonie et dans des conditions très précises ».

Ces opérations sont aujourd’hui conduites par la cellule « Alpha » du service Action des services spéciaux du renseignement extérieur de la France (SDECE puis DGSE) ou par des commandos de l’armée.

Puis sont venus les attentats du 11 septembre 2001. George Bush autorise alors l’utilisation de drones tueurs pour lutter contre le terrorisme. Deux programmes voient alors le jour : le premier, connu des législateurs et du public, est mis en œuvre par l’Armée américaine et vise à protéger les troupes sur les théâtres de guerre où ils interviennent (Afghanistan et Irak). Le deuxième est un programme secret et opaque de la CIA, que l’agence sous-traite à des acteurs privés, notamment la fameuse société privée de mercenaires Blackwater, et concerne le monde entier.

Quand Obama systématise les assassinats ciblés

Barack Obama va intensifier les assassinats ciblés en 2009. Cité dans un livre en 2013, après avoir fait abattre par drone, sans aucune procédure judiciaire préalable, un citoyen américain devenu dirigeant d’Al-Qaïda, le Prix Nobel de la paix aurait lâché : « Il semble que pour tuer des gens, je sois vraiment bon… Je ne savais pas que cela deviendrait mon point fort. » [1]

En 2010, le rapporteur des Nations unies pour les exécutions extrajudiciaires, Philippe Alston, condamne les Etats-Unis pour avoir tué par drone plusieurs centaines de civils au Pakistan. « Les agences de renseignement, qui, par définition, n’ont pas de comptes à rendre, hormis à leurs commanditaires, n’ont pas à piloter des programmes destinés à tuer des gens dans des pays étrangers. (…) Comme les opérateurs se trouvent à des milliers de kilomètres du champ de bataille et qu’ils opèrent uniquement sur des écrans d’ordinateur (...), une mentalité de la Playstation risque de s’installer en matière d’élimination », ajoute-t-il, évoquant la console de jeu de Sony. Il rappelle que ces frappes « n’ont aucun fondement légal » et « comportent le risque considérable de devenir des crimes de guerre ».

En France : le tournant de Hollande

En France, c’est en août 2013 que le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian signe un contrat d’achat avec les États-Unis pour importer seize drones Reaper de catégorie MALE (« Moyenne altitude, longue endurance »). Aujourd’hui la France en possède six - cinq basés à Niamey et un à Cognac (Charente) - dans une version non armée.

Vient alors 2015. Marquée par les pires attentats jamais commis en France (Charlie Hebdo le 7 janvier, l’Hyper Cacher le 9 janvier et le Bataclan le 13 novembre), cette année fut, de l’aveu même de François Hollande, « terrible et douloureuse ».

Les tueurs de la République par Vincent Nouzille, Fayard, Paris 2020.
Les tueurs de la République par Vincent Nouzille, Fayard, Paris 2020.

Comme le notait le journal Capital : « Théâtre d’atrocités, berceau avec l’Irak des djihadistes, lieu de départ de centaines de milliers de réfugiés en direction de l’Europe en quête d’une vie meilleure, la Syrie a constitué le fil rouge de cette année sanglante. D’une crise à l’autre, François Hollande a conservé ses habits de chef de guerre endossés lors de l’intervention de l’armée française au Mali en janvier 2013, en intensifiant les frappes aériennes françaises contre l’Etat islamique en Syrie et en Irak, tout en maintenant la pression au Sahel. »

Dans le livre-entretien Un président ne devrait pas dire ça..., François Hollande reconnaît avoir ordonné au moins quatre assassinats ciblés pendant son mandat, dont probablement celui du chef islamiste somalien Ahmed Abdi Godane en septembre 2014.

Le journaliste d’investigation Vincent Nouzille, auteur du livre Les tueurs de la République (Fayard, septembre 2020), confirme que le Président aurait ordonné l’exécution d’une quarantaine de djihadistes entre 2013 et 2016, dont huit Français (parmi lesquels Macreme Abrougui, tué par une frappe française en Syrie le 7 octobre 2016) et cinq autres tués dans des frappes ciblées grâce à des drones américains : David Drugeon, Charaffe El-Mouadan, Boubaker El Hakim, Salah Gourmat et Walid Hamam.

Notons par ailleurs qu’Abdelhamid Abaaoud, l’un des principaux organisateurs des attentats du 13 novembre, aurait lui-même été la cible d’une opération à la fin de l’été 2015, qui n’aurait finalement pas été menée à son terme pour éviter des dommages collatéraux parmi la population civile.

Macron intensifie les opérations

Dans sa livraison du Figaro Magazine du 26 septembre 2020, Vincent Nouzille revient sur « Comment Macron mène ses guerres secrètes » :

(...) Depuis son élection en mai 2017, il a endossé les habits de chef de guerre avec autant de détermination que son prédécesseur François Hollande. ‘C’est une lame froide’, confie un haut gradé militaire qui le côtoie.

(...) Au jour le jour, Emmanuel Macron suit les opérations en temps réel.

(…) Le Conseil de Défense, désormais hebdomadaire, se réunit parfois dans le PC Jupiter, dans les sous-sols de l’Elysée, d’où le Président peut à la fois déclencher le feu nucléaire et assister en direct aux opérations militaires, comme le raid Hamilton, les frappes aériennes en Syrie, dans la nuit du 13 au 14 avril 2018, suite à l’utilisation présumée d’armes chimiques par le régime de Damas..

Dès septembre 2017, Macron donne son feu vert pour que les drones Reaper puissent être, à l’avenir, dotés de bombes et de missiles. Résultat : « Les actions létales s’enchaînent à vive allure » et au Sahel, la « chasse aux scalps » prend de l’ampleur fin 2017.

Le 20 février 2019, la ministre Florence Parly annonce fièrement que les forces françaises de Barkhane et du Commandement des opérations spéciales (COS) ont « neutralisé » plus de 600 djihadistes depuis le début de l’opération, dont 200 pour la seule année 2018.

Le 21 décembre 2019, le premier Reaper armé français a tué sept djihadistes dans la région de Mopti, au Mali. Depuis, il ne se passe quasiment guère de semaine sans que les Reaper frappent des cibles au Sahel. Avec ces engins de guerre presque invisibles, Emmanuel Macron dispose d’un permis de tuer sans commune mesure avec celui de ces prédécesseurs. Il s’en sert sans aucun état d’âme.

A cela s’ajoute que Macron, souvent paralysé dans son action en France, aura envie « d’agir » avec éclat à l’international.

Il faut croire que l’ensauvagement du Président de la République est bien en marche !

Enfin, Vincent Nouzille arrive aux mêmes conclusions que les « Drone Papers » :

Ces éliminations successives de chefs sont censées désorganiser les groupes djihadistes. Mais il n’en est rien. Les chefs sont aussitôt remplacés. Leur guérilla s’intensifie et se répand dans les régions frontalières.

Conclusion

En clair, pour gagner la guerre, il faut d’abord se donner les moyens de gagner la paix. On attend avec impatience des drones juridiques et législatifs neutraliser les circuits financiers criminels des paradis fiscaux à dominance britannique qui blanchissent, aux yeux de tout le monde, l’argent du terrorisme et du narcotrafic...


Vincent Nouzille : "On dit qu’on ne fait pas d... par FranceInfo

Ce que prouvent les Drone Papers :

Résumant l’argumentaire développé dans les « Drone Papers », un article du Monde explique bien pourquoi ces opérations, au-delà de leur caractère illégal et non-éthique, ne peuvent que conduire au désastre.

  1. Obama valide chaque fois personnellement l’ordre de tuer ;
  2. Le nombre de frappes a été démultiplié sous sa présidence ;
  3. Les cibles sont essentiellement fixées à partir de renseignement électronique ;
  4. Les critères pour figurer sur la « kill list » sont très vagues ;
  5. « Capturer ou tuer » est devenu « tuer » ;
  6. « Exploitation et analyse » sont les parents pauvres des campagnes de drones ;
  7. Jusqu’à 90 % des tués ne sont pas des cibles préétablies ;
  8. Les frappes de drones durcissent les adversaires des Etats-Unis ;
  9. La vision réduite des drones réduit leur efficacité ;
  10. Le Pentagone multiplie ses bases en Afrique pour étendre le programme.

Michael Flynn, attaqué pour avoir critiqué la politique d’assassinats ciblés ?

Le général Michael Flynn.
Le général Michael Flynn.

Le général Michael Flynn, l’ancien chef de la DIA (les renseignements militaires américains), chassé en 2014 pour avoir dénoncé le déploiement par Obama de djihadistes contre les régimes perçus comme étant hostiles à Washington, a été une cible majeur dans l’affaire du Russiagate visant à destituer le Président Trump.

Interrogé par The Intercept, en 2015, Flynn avait répondu :

La Maison Blanche avait abandonné ses propres lignes de conduite. Le programme des drones ne consiste qu’à tuer. On ne capture plus les gens. (...) Aucune tentative n’a été réellement entreprise pour travailler avec des gouvernements locaux afin de créer les conditions de prétendues captures. On n’a jamais pris en compte les critères selon lesquels, pour être une cible légitime, l’individu doit poser une menace immédiate et imminente aux intérêts américains. (…) On avait tendance à dire : larguez une autre bombe par drone et publions le message qu’on a “tué Abou Bag al-Donuts", et on se fera plaisir pendant 24 heures. Et vous savez quoi ? Ça ne servait à rien. Cela faisait d’eux des martyres. Ça ne faisait que créer de nouvelles raisons pour nous combattre avec encore plus d’ardeur. (…) Toute notre politique étrangère au Proche-Orient semble se résumer à lancer des drones tueurs. (…) Ils sont fascinés par les possibilités qu’ouvrent les opérations spéciales et la CIA pour trouver un type dans un bled merdique au milieu du désert, et le dégommer en lui lançant une bombe sur la gueule.

Et de poursuivre : « On faisait trop confiance aux techniques du renseignement d’origine électromagnétique (SIGINT) ou à la surveillance d’individus par drones. »

Il donnait comme exemple le fait que quelqu’un, par exemple en Somalie, se sachant une cible de premier plan, pouvait décrocher son téléphone et dire, en langage codé : « Le mariage aura lieu d’ici 24 heures. »

Un tel évènement, rapporte Flynn, pouvait mettre tous les États-Unis et l’Europe en alerte rouge, bien qu’il s’agissait éventuellement d’un leurre. Le système SIGINT est facile à tromper. C’est pour cela qu’il doit être validé par d’autres types de renseignements, notamment le renseignement humain. Il faut bien s’assurer que la personne est réellement là où on croit qu’elle est, parce que ce n’est que son téléphone que vous avez dépisté.

D’ailleurs, une des choses constatées par l’audit est que dans la plupart des cas, on se contente de repérer le téléphone cellulaire et de diriger la frappe sur lui. C’est ainsi que, dans un grand nombre de cas, presque la majorité, beaucoup de civils innocents qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment sont tués. Immédiatement après, bien que l’on ait ignoré leur identité lors de la décision de frapper par drone, les victimes sont requalifiées en « combattants ennemis inconnus ». En d’autres termes, si vous trouviez à cet endroit, c’est que vous étiez un terroriste et il était donc justifié que vous soyez la cible du Président !


[1Double Down : Game Change 2012, par Mark Halperin et John Heilemann, Penguin Press, 2013.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Clément Dousset • 16/10/2020 - 22:06

    superbe article à faire connaître, à partager ! l’essentiel est dit de ce qu’il faut dire ! Non à l’utilisation des drones armés !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus
France Info se paye Obama le seigneur des drones
7 juin 2012
Brèves
France Info se paye Obama le seigneur des drones
L’enfer d’un militant pacifiste traqué par les drones tueurs d’Obama
20 avril 2016
Actualités
L’enfer d’un militant pacifiste traqué par les drones tueurs d’Obama
Les Drone Papers, le scandale qui fera tomber Obama
1er novembre 2015
Actualités
Les Drone Papers, le scandale qui fera tomber Obama
obama
31 mai 2012
Actualités
C’est Obama en personne qui dresse la liste des gens à éliminer par drone prédateur

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard