Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

15 juillet - Jeudi 16 juillet à 17h, en direct facebook : Pourquoi il faut un Commissariat au Plan - EJC#33 Lire 13 juillet - Guérissons enfin notre système de santé ! Lire 13 juillet - Mercredi 15 juillet à 20h : Jacques Cheminade en dialogue avec Jérémy Clément Lire
AccueilActualités
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Brexit : et après, Global Britain ?

Brexit et Boris Johnson, synonymes de retour de la souveraineté populaire et au développement industriel ? Pas si sûr... Petit point sur le projet Global Britain et quelques enjeux financiers à la City de Londres.

C’était il y a 3 ans : le 23 juin 2016, lors d’un référendum organisé par l’ancien Premier ministre David Cameron, 51,9% des Britanniques ont choisi de quitter l’UE, lançant le lent et laborieux phénomène du Brexit...

Après le déclenchement de l’article 50 du traité sur l’UE le 29 mars 2017, le Royaume-Uni et les 27 autres pays membres de l’Union européenne se sont donnés deux ans pour préparer la sortie effective du pays. Le Brexit a toutefois été repoussé à plusieurs reprises, le dernier report l’ayant fixé à la date du 31 janvier 2020 - au plus tard.

En premier lieu, ce vote, comme celui en faveur de Donald Trump aux Etats-Unis ou celui pour Marine Le Pen en France, est l’expression d’une révolte électorale contre le fossé séparant d’un côté une classe moyenne supérieure vivant dans les grandes métropoles, qui empochent les dividendes d’une mondialisation essentiellement financière ; et de l’autre, une population active rurale et périurbaine condamnée à la paupérisation, constituée d’artisans, de petits commerçants, d’ouvriers, d’agriculteurs, de pêcheurs et de caristes, trimant au quotidien pour livrer aux urbains des marchandises produites ailleurs.

Ensuite, il n’est pas interdit de penser qu’une faction de l’establishment financier mondialisé basée à Londres, ait craint que les équipes de Michel Barnier à Bruxelles ne régulent, réglementent et menottent l’orgie spéculative permanente de la City ; et avec elle, les dépendances offshore de la Couronne, le plus grand centre d’échanges de monnaies et de produits financiers dérivés au monde. Ce courant, après avoir éventré les parois du Titanic, a jugé, tels des rats craignant l’eau froide, devoir quitter le triste navire européen, une zone où la croissance s’est effondrée depuis 2008 alors qu’elle est bien réelle dans d’autres parties du monde.

Du Brexit, Londres et Venise...

Pour perdurer, comme le documentait en 1977 Fernand Braudel dans son œuvre magistrale Civilisation matérielle, économie et capitalisme, les empires financiers savent sacrifier leurs acquis, muer et, si nécessaire, se déplacer.

Aujourd’hui ils opèrent à partir de petites îles et enclaves plutôt que de s’étaler sur de grands espaces continentaux. Par le passé, les fondi, vastes fonds familiaux transmis de génération en génération, ne sont-ils pas passés de Delphes à Londres, en passant par Rome, Constantinople, Sienne, Venise, Gênes, Anvers, Genève et Amsterdam ?

Au début du XVIe siècle, à Venise, pourfendant les vecchio (les anciens) qui s’accrochaient à la Mare Nostrum dont la lagune était le nombril, les giovane (les jeunes), en s’alliant aux Habsbourg afin de tirer profit de leur mainmise sur le Nouveau monde, préféraient de loin élire domicile à Londres, alors poumon vibrant d’une Angleterre sortie du giron du Vatican et symbole, pour eux, d’un pont naturel entre le monde ancien et nouveau.

... au Global Britain

Sous l’étiquette « Global Britain » (Une Grande-Bretagne de taille mondiale), apparue, on le comprend, en même temps que le Brexit, c’est une énième mutation de cet empire financier (ou de ces empires financiers) qui se produit. Et cela, est confirmé par le remplacement de Theresa May par Boris Johnson.

Sortie de l’UE, quel statut aura le Royaume-Uni ? Quelle influence gardera-t-il dans le monde ? Et surtout, avec qui développera-t-il ses échanges ?

Le défi n’est pas des moindres. Comme le rapporte Le Monde : « La banque d’Angleterre estime qu’une rupture complète avec l’UE (pour passer aux règles de l’Organisation mondiale du commerce, avec droits de douane et quotas) coûterait 5,5 points de PIB sur le long terme. L’exemple le plus évident est l’industrie automobile britannique, dont les usines importent et exportent en permanence des pièces détachées venant d’Europe. Le moindre grain de sable dans cette logistique bien huilée réduira leur rentabilité. Que diront les électeurs de Sunderland (nord-est de l’Angleterre, qui a massivement voté pour le Brexit) si leur grande usine Nissan, colonne vertébrale de l’économie locale, finit par fermer ses portes dans quelques années ? »

Ainsi, selon le quotidien, Boris Johnson aurait intérêt à « trahir » les électeurs en imposant un Brexit « doux », centriste, qui, en restant proche de l’Union européenne, « limiterait les dégâts économiques de court terme ». « Ou préférera-t-il larguer les amarres, imposer le modèle de ‘Singapour-sur-Tamise’, sorte de paradis fiscal et libéral aux portes de l’Europe, et suivre jusqu’au bout le rêve des brexiters de la première heure ? ».

Singapour sur la Tamise

Portrait officiel de Jeremy Hunt, député conservateur influent et ancien ministre des Affaires étrangères.
Portrait officiel de Jeremy Hunt, député conservateur influent et ancien ministre des Affaires étrangères.

Pour bien comprendre ce modèle, écoutons Jeremy Hunt, à l’époque le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni. Selon lui, à terme, l’assassinat du général iranien Suleimani « sera payant » pour les Etats-Unis. Lors d’un discours prononcé en janvier 2019 devant l’International Institute for Strategic Studies (IISS) de Singapour, il a déclaré :

Admettons que le Royaume-Uni « ne soit pas une superpuissance » et « n’ait pas d’Empire ». Il s’agit tout de même de « la cinquième puissance économique mondiale, du deuxième budget militaire de l’OTAN, du troisième plus grand budget pour l’aide au développement et d’un des deux plus grands centres financiers, d’une langue mondiale, des services de renseignement très efficaces et d’un réseau diplomatique de premier ordre, y compris d’un statut de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. A cela s’ajoute une vaste réserve de soft power (influence), avec trois des dix meilleures universités du monde, avec 450 000 étrangers suivant des études supérieures, avec 39 millions de touristes et avec des média, telle que le BBC, dont l’auditoire se mesure en centaines de millions. Plus important encore, dans un monde où il est rarement possible pour un pays seul de réaliser ses ambitions, nous disposons de certaines des meilleurs connections dont un pays peut rêver – soit grâce au Commonwealth ou par notre alliance avec les Etats-Unis, soit grâce à nos liens amicaux avec nos voisins européens ».

Le modèle des Brexiteurs : la cité-Etat de Singapour, une île de 720 km carrés (la moitié de la surface du grand Londres), où l'on s'enrichit avant tout grâce au travail des autres...
Le modèle des Brexiteurs : la cité-Etat de Singapour, une île de 720 km carrés (la moitié de la surface du grand Londres), où l’on s’enrichit avant tout grâce au travail des autres...

« Comme le Royaume Uni aujourd’hui avec le Brexit, Singapour, après s’être détaché de la Malaisie en 1965, a du surmonter des défis énormes ». Hunt rappelle alors que dans ses mémoires, le dirigeant fondateur de la ville-cité Singapour, Lee Kuan Yew, rapporte qu’au lendemain de cette séparation entre Singapour et la Malaisie, la valeur des actions des entreprises industrielles, montait en bourse. « En moins de cinq décennies, le PIB s’est multiplie par quinze pour atteindre 58000 dollars par habitant », devançant l’Allemagne, la France, la Suède et le Royaume Uni...

« Maintenant que nous quittons l’UE, la Grande Bretagne peut apprendre de Singapour comment ne pas devenir plus insulaire mais plus ouverte. Lee Kuan Yew, disait que 1965 marquait l’année où Singapour s’est ‘branché au réseau économique mondial’. Transformer un territoire d’à peine 26 miles de large, dépourvu de la moindre ressource naturelle, était fondé sur la mobilisation sans limite des talents et des ambitions de Singapouriens, y compris en créant les écoles avec les meilleurs résultats du monde ».

Hunt touche ensuite à cette réorientation globale que nous venons d’évoquer : « Le centre de gravité de l’économie mondiale se déplace depuis des décennies vers l’Asie, et cette tendance ne montre aucun signe de ralentissement. Dans les années 1980, l’Asie contribuait pour moins de 20 % au PIB mondial. Aujourd’hui, ce chiffre dépasse les 33 %. »

Indiquant les marchés que convoitent les marchands anglais, Hunt rappelle que dans son livre « L’avenir est asiatique », Parag Khanna écrit que « Des 30 000 milliards de dollars supplémentaires de dépenses en consommation des classes moyennes d’Asie en 2030, seulement 1000 milliards seront dépensés en Occident. ».

Hunt précise alors que le « Global Britain » que tout le monde s’est approprié, est une nécessité stratégique, car « la puissance vient toujours à la suite de l’argent, donc l’émergence de l’Asie aura un impact profond sur l’équilibre global » du pouvoir mondial.

Brexit ou magie fiscale ?

Le grand rêve des Brexiteurs est un véritable fantasme de vieux marchands qui n’a rien à voir avec un retour à une économie agro-industrielle productive. Après une dévaluation de la Livre, ils créeraient des ports francs au Royaume-Uni pour importer des marchandises d’Asie à l’abri de toute taxe douanière moyennant de juteuses commissions. Ces marchandises seraient aussitôt exportées vers l’UE pour y trouver preneur à des prix défiant toute concurrence.

Pas sûr que l’UE acceptera ce stratagème pas plus que le Royaume-Uni sera assuré de maintenir des prix aussi bas puisque leur transport des marchandises est fortement dépendant des prix du pétrole.

A terme, des accords de libre-échange avec « L’Anglosphère » (Etats-Unis, Australie ou Nouvelle-Zélande) sont supposés compenser le manque à gagner, ce qui prendra des années. Or, le commerce avec l’UE représente environ 50 % des échanges du Royaume-Uni, alors qu’ils ne sont que de 20 % avec les Etats-Unis.

Pour sa part, la Henry Jackson Society (HJS), ce think tank d’élite qui regroupe le noyau dur des néoconservateurs américains avec leurs parrains britanniques, a publié son propre rapport sur le Global Britain. Pour elle, que le Royaume-Uni défende ses valeurs, pourquoi pas… tant qu’elle comprend qu’il est beaucoup plus important de défendre ses intérêts…

Par exemple, avec l’Anglosphère, valeurs et intérêts coïncident. Avec la Chine, la HJS estime que le Royaume-Uni ne partage pas de valeurs, mais, des intérêts commerciaux mondiaux énormes !

Avec la Russie, dit la HJS, le Royaume-Uni ne partage ni valeurs, ni intérêts. Londres a expulsé de nombreux diplomates russes suite à l’affaire Skripal dans une mise en scène exécrable accusant la Russie d’empoisonner ses ex-agents à l’étranger. Boris Johnson le premier s’était réjoui que tant de pays ait avalé cette couleuvre !

Sachant que Trump souhaite établir de bonnes relations avec Poutine, Johnson fait profil bas. Car il compte sur son amitié avec Trump pour obtenir un accord commercial américain substantiel avec son Royaume. Du coup il adapte son discours aux orientations du Président américain car le Global Britain a plus que jamais besoin du Global America pour préserver ses privilèges.

Le sabotage du Plan Fouchet

Rappelons enfin que la question d’une sortie d’un pays membre ne se serait jamais posée comme elle l’est aujourd’hui si des forces Anglo-américaines, dès 1962, n’avaient pas torpillé le « Plan Fouchet » qui aurait pu donner naissance de l’Europe politique composée d’Etats souverains (dont le Royaume-Uni aurait pu faire partie ou pas).

Puis, lors du Traité de l’Elysée de 1965, qui aurait du en être la première phase, lorsque Londres et de Washington se sont à nouveau associés pour imposer l’adoption, par le Parlement allemand, d’un préambule vidant ce traité franco-allemand de sa substance.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Le Plan Fouchet, le Brexit et l'avenir de l'Europe
19 décembre 2019
Analyses
Le Plan Fouchet, le Brexit et l’avenir de l’Europe
Face au viol d’Europe : mieux que le Frexit, la « dissolution »
22 avril 2019
Politique
Face au viol d’Europe : mieux que le Frexit, la « dissolution »
Vidéo : L’Europe contre l’Union européenne, le vrai débat
27 avril 2019
Analyses
Vidéo : L’Europe contre l’Union européenne, le vrai débat

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard