Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

30 mai - Comment participer à un complot humaniste - Lecture de la feuille de route Lire 30 mai - Bill Gates et le monde qui vient Lire 29 mai - Identifier les vrais complots - DIRECT Lire
AccueilActualités

Origine du Covid-19 : les Britanniques pris en flagrant délire de mensonge

Niall Ferguson : un idéologue de l'Empire britannique pris en flagrant délit de mensonge.
Niall Ferguson : un idéologue de l’Empire britannique pris en flagrant délit de mensonge.

« Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ! », affirme un vieux dicton populaire. C’est la vieille méthode impériale mise en œuvre aujourd’hui par le noyau dur des néo-conservateurs anglo-américains qu’on retrouve à la Henry Jackson Society dont le siège est à Londres mais dont le rayonnement s’étend à l’ensemble de l’Empire financier anglo-américain.

En Occident, pas un jour sans une nouvelle accusation dans les grands médias : « La Chine a créé le coronavirus dans un laboratoire. La Chine a caché l’étendue réelle de l’épidémie chez elle. La Chine a caché que le virus était très contagieux. Le virus, à cause de l’incompétence des chercheurs chinois, a échappé de leurs laboratoires. La Chine a manipulé l’OMS. Etc., etc., etc. »

Et ce qui est désolant, c’est que plus c’est gros, mieux ça marche ! A tel point que plusieurs instances, dépourvues de la moindre preuve concrète et hors de tout cadre juridique, annoncent vouloir poursuivre le Parti Communiste Chinois devant des tribunaux pour obtenir des « compensations » financières allant jusqu’à 4000 milliards de dollars ! Et ceci alors que le monde, plus que jamais, a besoin d’une coopération entre personnes adultes et responsables pour terrasser la pandémie et surmonter ses effets dévastateurs sur l’économie mondiale.

La bonne nouvelle, c’est que la ficelle est tellement grosse que même Sherlock Holmes et Saint-Thomas, pourvu qu’ils bossent un peu, finissent par démasquer la manoeuvre.

C’est le cas du très respecté professeur canadien Daniel A. Bell, le doyen de l’Ecole des Sciences politiques et politiques publiques de l’Université de Shandong et enseignant à l’Université de Tsinghua en Chine.

Sans nécessairement partager toutes les opinions du Pr Bell, nous avons tenu à publier ici sa réplique, publiée sur son site, visant à démentir point par point les accusations non-fondées de Niall Ferguson, l’historien quasi officiel de l’Empire britannique, formé à Oxford et Cambridge, mais opérant aujourd’hui à partir de Harvard.

Au niveau mensonges, l’homme est un récidiviste. Déjà, en 2012, comme nous l’avions rapporté sur notre site, Ferguson fustigeait « les mythes durables et confortables selon lesquels une Chine devenant plus moderne et sophistiquée, comme nous, finirait par adopter nos valeurs ».

Karel Vereycken.

Le gouvernement chinois a-t-il délibérément exporté Covid-19 vers le reste du monde ?

Par Daniel A. Bell, 21 avril 2020

Le Pr Daniel A. Bell.
Le Pr Daniel A. Bell.

Le président américain Donald Trump a déclaré lors de la conférence de presse de samedi que Pékin devrait faire face à des conséquences s’il était « sciemment responsable » de la pandémie de coronavirus. D’où viennent ces allégations ? Étonnamment, cela ne vient pas seulement de l’imagination fertile de théoriciens du complot obscurs ou de scénaristes hollywoodiens.

Ces déclarations sont également publiées dans les médias traditionnels. Niall Ferguson est un historien de premier plan et un intellectuel renommé. J’avais un grand respect pour lui, notamment pour son cursus. Ce fut donc une grande surprise quand il écrivit une chronique pour le (London) Sunday Times le 5 avril intitulée « Gros plan sur Xi Jinping. Il a des questions à répondre sur le coronavirus. »

Le gouvernement chinois a commis de terribles erreurs au début de la crise des coronavirus et Ferguson pose des questions légitimes. J’ai fait des remarques similaires dans deux commentaires qui ont sévèrement critiqué les autorités chinoises.

Mais il pose une question qui se démarquait des autres : « après qu’il soit devenu clair qu’il y avait une épidémie de grande ampleur se propageant de Wuhan au reste de la province du Hubei, pourquoi avez-vous interrompu les voyages du Hubei au reste de la Chine - le 23 janvier - mais pas du Hubei vers le reste du monde ? »

La gravité de sa question repose sur l’hypothèse factuelle que la Chine aurait autorisé des vols de Wuhan vers le reste du monde mais pas vers le reste de la Chine après le 23 janvier. Mais est-ce un fait ?

Pour soutenir cette allégation, Ferguson a ajouté : « Janvier est toujours un mois de pointe pour les voyages de la Chine vers l’Europe et l’Amérique en raison des vacances du nouvel an lunaire. Pour autant que je sache d’après les dossiers disponibles, cependant, des vols directs réguliers à partir de Wuhan ont continué de circuler vers Londres, Paris, Rome, New York et San Francisco tout au long du mois de janvier et dans certains cas jusqu’en février ».

J’ai été surpris par l’allégation selon laquelle la Chine autoriserait des vols directs réguliers de Wuhan vers des villes des États-Unis et d’Europe après avoir coupé les vols de Wuhan vers le reste de la Chine.

En quoi est-ce important ? Si le gouvernement chinois a autorisé des vols réguliers de Wuhan vers les pays occidentaux après le 23 janvier, il suggère que le gouvernement chinois a délibérément autorisé, sinon encouragé, la propagation du virus dans cinq villes des pays occidentaux après avoir tenté de le contrôler en Chine.

Sans surprise, l’article de Ferguson a suscité un énorme intérêt dans le monde entier. Aux États-Unis, il a été relayé aussi bien par des progressistes (liberals) que par des conservateurs. Le principal journal canadien, le Globe and Mail, a publié une version abrégée du commentaire.

Plusieurs sites internet du monde arabe et en Afrique ont relié l’allégation de Ferguson concernant l’autorisation de vols réguliers au départ de Wuhan vers le reste du monde après leur interruption en Chine.

Intrigué, j’ai décidé de demander à Ferguson lui-même si l’affirmation était vraie (je suis motivé par la curiosité personnelle et le souci de la vérité, et je n’agis pas avec ou pour le compte de quelqu’un d’autre). J’ai été naïf par rapport à la politique chinoise dans le passé, et peut-être étais-je encore naïf. Je lui ai donc envoyé un e-mail poli, lui demandant s’il avait des preuves à l’appui de l’affirmation selon laquelle les vols réguliers de Wuhan vers le reste du monde se sont poursuivis après le 23 janvier.

Ferguson a répondu : « Je peux vous assurer que je n’écrirais pas une phrase comme ça si je n’avais pas fait des recherches assez approfondies. » Pour appuyer sa demande, il m’a envoyé plusieurs éléments de preuve.

Mais les sources qu’il a envoyées ne soutiennent pas l’allégation selon laquelle il y aurait des vols commerciaux réguliers de Wuhan vers les États-Unis et l’Europe après le 23 janvier et « dans certains cas jusqu’en février ». Ferguson m’a envoyé un lien vers un récit du New York Times.

Étonnamment, cet article comprend une phrase qui suggère le contraire de ce que Ferguson prétend : « Scott Liu, 56 ans, originaire de Wuhan et importateur de textiles qui vit à New York, a pris le dernier vol commercial, le 22 janvier. »

Ferguson a également envoyé un lien vers un article de Nikkei. Cet article mentionne que les voyages de groupe ont continué depuis la Chine jusqu’au 27 janvier, mais ne dit rien sur les avions partant de Wuhan vers des villes en dehors de la Chine après le 23 janvier.

Le professeur Ferguson m’a envoyé deux enregistrements Flightstats des vols en provenance de Wuhan en janvier ou février. Les enregistrements Flightstat semblent montrer que trente et un vols sont partis de Wuhan vers des villes des États-Unis et d’Europe le 23 janvier ou après.

Mais ces mêmes enregistrements montrent que le « estimated runway departure » (départ estimé) et « actual runway departure » (départ réel de la piste) à Wuhan sont vides pour tous les vols qui sont partis vers d’autres villes après celui qui a quitté Wuhan pour Paris à 11h26 le 23 janvier. Et 26 des 31 vols répertoriés après le 23 janvier sont de couleur rouge.

J’ai donc fait une recherche sur une application en chinois appelée Umetrip, fournie par le site Web de la Civil Aviation Administration of China.

J’ai vérifié tous les vols répertoriés sur la feuille de calcul que le professeur Ferguson m’a envoyée. Il s’avère qu’aucun des vols qui seraient partis de Wuhan après 11 h 26 le 23 janvier n’est effectivement parti de Wuhan. Les vols indiqués en rouge sur la feuille de calcul de Ferguson ont été annulés. Les six inscrits comme noirs sont partis de Guangzhou et feraient en temps normal une escale à Wuhan sur le chemin de SFO mais cette escale a été annulée. L’application montre les trajectoires de vol réelles de ces vols directement depuis Guangzhou, en contournant Wuhan.

En bref, les « dossiers disponibles » fournis par le professeur Ferguson ne montrent pas que « des vols directs réguliers à partir de Wuhan ont continué de circuler vers Londres, Paris, Rome, New York et San Francisco tout au long du mois de janvier et dans certains cas jusqu’en février ». Les dossiers montrent que les vols au départ de Wuhan vers le reste du monde se sont arrêtés vers midi le 23, le même jour que la Chine a arrêté les vols de Wuhan vers le reste de la Chine.

Dans une communication par courrier électronique ultérieure, cependant, le professeur Ferguson a ajouté un nouveau point non mentionné dans son article d’origine. Il affirme avoir soutenu que des vols en provenance de Wuhan ont atterri à Moscou les 26, 29, 31 janvier, 2 et 5 février.

En fait, il n’y a pas de telles preuves. Sur Flightstats fourni par le professeur Ferguson, les dossiers montrent que le « estimated runway departure » et le « actual runway departure » à Wuhan sont vides pour tous les vols qui sont partis vers d’autres villes après celui qui a quitté Wuhan pour Paris à 11 h 26 le 23 janvier, y compris les cinq vols vers Moscou.

J’ai vérifié à nouveau ces vols vers Moscou et c’est la même situation que les autres vols en noir après le 23 janvier : les cinq vols qui devaient partir de Wuhan vers Moscou sont en fait partis de Guangzhou. J’ai vérifié la trajectoire de vol sur l’application China Civil Aviation et elle montre ces vols partis de Guangzhou et ne se sont pas arrêtés à Wuhan. (J’ai également vérifié ces cinq vols vers Moscou et la distance indiquée est de 7010 km. Le vol de Wuhan à Moscou le 19 janvier est de 6429 km. Il est donc très clair que ces vols sont partis de Guangzhou à Moscou, pas de Wuhan).

Ferguson continue de soutenir son allégation même après avoir souligné que les preuves qu’il a fournies ne la corroborent pas. C’est inquiétant. Une telle théorie du complot détourne l’attention de ce qui s’est réellement passé. Et cela alimente la diabolisation du système politique chinois alors même que nous avons besoin d’une collaboration entre la Chine et le reste du monde pour faire face à une pandémie mondiale urgente.

Mise à jour (22 avril 2020) :

Dans sa réponse, Ferguson admet qu’il a eu tort d’affirmer que des vols réguliers sont partis de Wuhan vers le reste du monde après le 23 janvier, ce sur quoi je l’avais interrogé car cela suggérerait un effort délibéré du gouvernement chinois pour permettre , sinon encourager, la propagation du virus dans le reste du monde.

Voici la réponse complète de Ferguson : http://www.niallferguson.com/blog#.Xp76zROZbVE.link

Et voici les passages clés de sa réponse : « Les données des capteurs qui suivent les trajectoires de vol réelles semblent indiquer qu’aucun vol ne part de Wuhan lui-même vers d’autres pays dans le monde après le 23 janvier… Même si, comme cela semble probable, aucun vol a quitté Wuhan pour des destinations nationales ou étrangères après le 23 janvier… »

Étant donné qu’il a changé d’avis en réponse à la preuve que je lui ai fourni (uniquement en réponse à un défi public et sans admettre ouvertement qu’il a changé d’avis), je suis heureux de retirer l’implication qu’il est un théoricien du complot. Il semble qu’il était coupable d’une recherche bâclée. Comme mentionné, aucune des « preuves » qu’il m’a envoyées ne corrobore son allégation. Les articles qu’il a envoyés n’étayaient pas cette allégation et les registres « Flightstats » montrent explicitement que le « estimated runway departure » et l’« actual runway departure » à Wuhan sont vides pour tous les vols partis vers d’autres villes après le 23.

Je voudrais noter que je n’ai aucun animus personnel contre le professeur Ferguson. Plutôt l’inverse. Je l’admire en tant que personne. Mon premier e-mail était une requête polie et pour être franc, je m’attendais à ce qu’il fournisse les preuves à l’appui de son propos parce que je respectais sa bourse. Les preuves n’étayaient pas son argument et il aurait pu envoyer une réponse polie admettant son erreur. J’aurais alors enterré la question. Ce ne sera pas la première fois que les universitaires font des erreurs.

Mais il a choisi de s’en tenir obstinément à son cas et dans son dernier e-mail, il avait même le culot de dire que je lui devais des excuses.

Étant donné que son allégation a été largement partagée et republiée et que de vrais théoriciens du complot utilisaient les infox affirmant que les avions ont quitté Wuhan pour le reste du monde même après avoir été coupés de Chine (voir, par exemple, cet article publié par The Hill.), j’ai ressenti le besoin de le rendre public.

(Remarque : j’ai écrit au Sunday Times de Londres pour demander une correction à la chronique de Ferguson, mais ils n’ont pas répondu ; il semble que leurs « vérificateurs de faits » se soient endormis et ils peuvent être trop gênés pour l’admettre).

La réponse du professeur Ferguson contient plus d’erreurs encore. Il prétend que je suis « un politologue américain ». En fait, je suis citoyen canadien et ma discipline est la théorie politique.

Sa réponse continue pour résumer mon livre The China Model : Political Meritocracy and the Limits of Democracy publié par Princeton University Press en 2015. Son seul paragraphe « résumé » donne une impression très trompeuse de l’argument principal. Le lecteur peut avoir l’impression que je suis un apologiste du système politique en Chine. En fait, mon principal argument est que l’idéal de la méritocratie démocratique verticale est approprié pour évaluer les progrès politiques et la régression de la Chine, qu’il existe un grand écart entre l’idéal et la réalité, et mon livre propose des moyens de combler ou de minimiser cet écart. Je défends l’idéal plutôt que la réalité.

Enfin, le professeur Ferguson affirme que le modèle chinois est mon « livre le plus récent ». En fait, mon livre le plus récent, co-écrit avec Wang Pei, s’intitule Just Hierarchy : Why Social Hierarchy Matters in China and the Rest of the World (Juste Hiérarchie : Pourquoi les questions de Hiérarchie sociale en Chine et le reste du monde sont importantes) et a été publié par Princeton University Press plus tôt cette année.

Ironiquement, je me suis référé aux travaux du professeur Ferguson sur la hiérarchie dans mon livre sur le sujet. Maintenant que je me rends compte que nous adhérons à différentes normes d’érudition, j’hésiterai à me référer à son travail à l’avenir.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • péo • 05/05/2020 - 18:16

    l’érudition honnête, contre l’érudition aux ordres. mais quiconque se souvient du dossier des services brit sur les prétendues armes de destruction massive irakiennes (même sources que le dossier de prétendue ingérence russe dans l’élection américaine, vérifié de fond en comble par les anti-trump sans pouvoir en tirer autre chose qu’un mea culpa) ne sera pas étonné.

    Répondre à ce message

  • Ouallonsnous ? • 04/05/2020 - 13:03

    L’heure est à dénoncer cette mystification visant à révéler les "dégâts" que provoque la grippe saisonnière chaque année et le "délabrement" de notre système hospitalier qui y est affronté et se révèle incapable d’y faire face, le tout nourrissant le mythe d’une épidémie nouvelle alors qu’il s’agit d’un écran de fumée masquant l’asservissement des peuples et la confiscation de leurs libertés !!!!

    Répondre à ce message

  • Ouallonsnous ? • 04/05/2020 - 12:01

    Pourquoi continuer à faire la "promotion" du covid19 alors que chacun comprend maintenant qu’il s’agit d’une gigantesque mystification à base de détournement d’images, de chiffres à partir des "merdias", destinée à masquer le nouveau krach boursier et à "interner" les populations à domicile pour éviter qu’elles ne se rebellent ?

    Répondre à ce message

  • Garcia Jeronimo Luis • 04/05/2020 - 10:35

    Dans cet océan d’informations contradictoires où nous nous noyons, il est réconfortant de voir qu’il y a encore quelques intellectuels honnêtes ! Merci !!

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus
Covid-19 : « faire payer la Chine », c'est préparer la guerre
23 avril
Analyses
Covid-19 : « faire payer la Chine », c’est préparer la guerre
Origine chinoise du coronavirus : cessons d’avaler les couleuvres !
18 avril
Analyses
Origine chinoise du coronavirus : cessons d’avaler les couleuvres !
China-bashing : Londres veut préempter toute alliance internationale contre le Covid-19
23 avril
Chroniques stratégiques
China-bashing : Londres veut préempter toute alliance internationale contre le Covid-19
La Henry Jackson Society, l’astre noir de l’univers très britannique des néo-cons
16 juillet 2019
Politique
La Henry Jackson Society, l’astre noir de l’univers très britannique des néo-cons

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard