Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

18 septembre - Manifeste pour un vrai aménagement du territoire : rapport d’étape de la mobilisation Lire 17 septembre - Élections américaines : risquons-nous un coup d’État militaire ? Lire 31 août - Xinjiang : sécurité et lutte contre la pauvreté Lire
AccueilActualités

Traitement contre le coronavirus : l’Europe se mobilise

Par Agnès Farkas

Il nous faut faire la part des choses dans la lutte contre le coronavirus. Notre société anxiogène face à l’épidémie est avide de solutions « simples » et immédiates. Or, seuls la recherche scientifique et des essais randomisés apporteront les solutions à la crise sanitaire que nous traversons.

Les laboratoires européens travaillent de concert et la France a, quant à elle, lancé 20 projets de recherche et un essai clinique, qui ont démarré mi-mars.

Le Covid-19, trouver une parade internationale

Le coronavirus Covid-19 arrive sur un terrain vierge. Ce qui signifie qu’aucun membre de la population n’a développé de défenses immunitaires face à cet agent infectieux complètement nouveau, d’où sa propagation fulgurante qui nous mène à une pandémie. Selon Josselin Thuilliez, chercheur au CNRS, « les dernières épidémies équivalentes sont celles de la grippe espagnole, qui durant l’hiver 1918-1919 a fait plusieurs dizaines de millions de morts dans le monde, ou celle de la grippe asiatique entre 1956 et 1958 ».

De plus, il ne peut y avoir de comparaison avec le virus grippal annuel, contre lequel la recherche est mobilisée depuis quasiment un siècle dans une coopération mondiale, notamment pour produire des vaccins. Lors d’une conférence de presse au ministère de la Recherche, le Pr Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat à Paris, a rappelé qu’on ne connaît encore aucun traitement efficace contre le coronavirus. On se limite actuellement à une prise en charge pour traiter rapidement les symptômes.

Je m'inscris à l'infolettre S&P


En cela, la Chine, première touchée par la pandémie, a été d’un courage exemplaire : mise en quarantaine, construction de 16 hôpitaux temporaires dans un délai très court, mobilisation des soignants, disponibilité des tests se sont faits dans le cadre d’une mobilisation nationale, non seulement pour protéger la population autochtone mais aussi pour ralentir la propagation du virus hors de ses frontières.

Dès la reconnaissance du caractère inhabituel de l’agent pathogène, et mesurant la vitesse de propagation de l’épidémie dans le monde, la communauté scientifique internationale, en collaboration avec les chercheurs chinois, s’est mobilisée pour étudier ce nouveau virus et lui trouver une parade. Le temps est compté.

Remdesevir, Kaletra, Chloroquine... Ce que l’on sait

Dans un premier temps, comme en Corée et en Chine, il faudra tester le plus de monde possible. Aussi la France doit-elle se donner les moyens urgents de produire les tests en nombre suffisant. Ce qui aura un effet double : éviter la panique d’une population qui ne connaît pas son état de santé réel, et isoler au plus vite les personnes contaminées pour en assurer le suivi.

Actuellement, faute de vaccin et de médicaments, l’un des traitements consiste à faire « les choses habituelles : oxygène,ventilation, etc. ». On a également recours à des antiviraux existants, dont l’OMS estime qu’ils sont susceptibles de soigner ce virus. Cependant, selon le Pr Yazdan Yazdanpanah, les traitements basés sur les antiviraux connus ne peuvent suffire – qu’il s’agisse du remdesevir utilisé contre Ebola, du Kaletra utilisé contre le VIH ou d’un interféron bêta (naturellement produit par le système immunitaire).

Selon le Pr Raoult, de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille, l’hydroxychloroquine serait efficace, après un premier test restreint. Il s’inspire de l’expérience chinoise. Aussi, le laboratoire français Sanofi s’est dit prêt « à offrir aux autorités françaises des millions de doses de l’antipaludique Plaquenil, pouvant traiter potentiellement 300 000 malades, après des essais jugés ’prometteurs’ auprès de patients atteints du Covid-19 ». Les autorités sanitaires ont donné leur feu vert pour un test plus vaste devant débuter entre le 12 et le 22 mars 2020, sous la conduite de laboratoires indépendants de l’IHU de Marseille.

Car, malgré tout, plusieurs experts appellent à la prudence en l’absence d’études plus poussées et en raison des effets secondaires indésirables de la chloroquine, qui peuvent être graves, notamment en cas de surdosage. Les principaux d’entre eux sont respiratoires (difficulté à respirer, asthme, écoulement nasal) et digestifs (nausées, vomissements, diarrhées, douleurs abdominales,etc.). Sachant que ce virus touche principalement les poumons et qu’il faut mettre les patients sous ventilation, il ne faut pas prescrire cette molécule sans essais randomisés [1] préalables. Surtout, le ministère de la Santé ne doit prendre aucune décision hâtive qui se ferait au détriment des malades.

Agir vite et de manière coordonnée

L’Europe est également mobilisée sur la production d’antiviraux spécifiques au Covid-19. Par exemple, le 16 mars, l’annonce a été faite par l’Institut flamand de recherche en biotechnologie (VIB-UGent, laboratoire de Xavier Saelens) de la découverte d’un anticorps capable de neutraliser le virus à l’origine du Covid-19. Les recherches se poursuivent pour confirmer les résultats. « Contrairement aux vaccins, un anticorps offre une protection immédiate – bien que de plus courte durée. L’avantage de cette approche par rapport aux vaccins est que les patients n’ont pas besoin de produire leurs propres anticorps. [...] Les travailleurs de la santé ou les personnes présentant un risque accru d’exposition au virus peuvent également bénéficier d’une protection immédiate », précise le communiqué du laboratoire.

En France, 8 millions d’euros ont été débloqués pour financer une sélection de 20 projets de recherche portant sur la prévention et le diagnostic, auxquels s’ajoutent 4,6 millions de l’Europe. Ces projets sont menés et coordonnés par les plus grandes institutions scientifiques du pays, dont le CNRS, le CEA, l’Institut Pasteur ou encore l’Inserm.

Depuis mi-mars, un essai clinique compare quatre traitements différents sur 3200 patients, dont 800 en France, à qui l’on attribue un traitement au hasard (un essai « randomisé »). Toutes ces personnes sont atteintes de forme sévère de Covid-19 et hospitalisées. Si ces essais sont concluants, la production massive d’antiviraux sera mise en place dans les laboratoires européens fin mars.

Sachant que les épidémiologistes prévoient un retour du virus dans l’hémisphère nord à l’automne, après son passage dans celui du sud durant la saison hivernale, nous avons besoin de tous les moyens humains et financiers pour donner aux chercheurs les capacités de trouver un vaccin, y compris sur une version mutante du coronavirus, et surtout permettre aux laboratoires de la produire.

Pour conclure, au-delà de l’action coordonnée avec les institutions et laboratoires des pays en mesure de fournir un traitement efficace contre ce virus, il nous faut en finir avec le virus libéral financier qui nous a conduits à adopter des critères de profit dans le domaine de la santé, affaiblissant considérablement notre capacité de répondre aux défis posés par ce type de menace sanitaire.

Sur les recettes à la perlimpinpin…

Selon le Dr Gérald Kierzek, « aucune étude ne montre actuellement que la prise seule de vitamine C peut guérir ou prévenir cette maladie ». Il n’y a aucun remède miracle contre le coronavirus, en tout cas pas à ce jour ! Cette histoire vient d’un médecin américain. Il rapporte qu’une patiente chinoise de 71 ans a survécu au Covid-19 grâce à la prise de vitamine C… Ce qui est sûr, c’est que prendre de la vitamine C ne peut pas vous faire de mal. Elle contribue à renforcer notre système immunitaire, comme c’est aussi le cas avec une bonne alimentation et un bon sommeil.


[1Un essai contrôlé randomisé est un essai dans lequel les personnes sont choisies de manière aléatoire pour recevoir l’une des interventions cliniques, nouveau médicament ou autre.

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus
Pourquoi il faut fermer les Bourses européennes
17 mars
Déclarations
Pourquoi il faut fermer les Bourses européennes
Appel au Président de la République pour le confinement total de la population
20 mars
Notre actu
Appel au Président de la République pour le confinement total de la population

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard