Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

15 juillet - Jeudi 16 juillet à 17h, en direct facebook : Pourquoi il faut un Commissariat au Plan - EJC#33 Lire 13 juillet - Guérissons enfin notre système de santé ! Lire 13 juillet - Mercredi 15 juillet à 20h : Jacques Cheminade en dialogue avec Jérémy Clément Lire
AccueilActualités

Vaccin contre le coronavirus : où en est-on ?

Face à l’accélération de la pandémie de SARS-CoV2, tous les laboratoires du monde, aux Etats-Unis, en Chine, en Corée du Sud, en France, etc., cherchent le fameux vaccin. Où en est-on ?

Les coronavirus : la carte d’identité

Les coronavirus sont une famille regroupant différents virus qui touchent de nombreuses espèces de mammifères et d’oiseaux. Si ces zoonoses se cantonnent souvent à l’animal, certaines d’entre elles peuvent se transmettre à l’homme. Les symptômes des maladies par coronavirus transmises à l’homme vont de la forme bénigne, un simple rhume et un nez qui coule, à des formes épidémiques plus graves comme le SRAS, le MERS ou le Covid-19, pouvant entraîner la mort par insuffisance respiratoire (dans 2 à 3 % des cas cliniques pour le Covid-19).

Ce virus est un grand voyageur qui peut mettre des années avant de choisir son foyer épidémique. Le fait qu’il se soit établi en Chine en provoquant la pandémie actuelle, ne signifie aucunement qu’il n’ait pas touché d’autres endroits de la planète où les foyers épidémiques se sont éteints, soit faute d’un nombre critique d’individus à atteindre pour faciliter une contamination plus vaste (région peu peuplée…), soit parce qu’il n’a pu acquérir un degré de virulence suffisant et n’a provoqué que des stades bénins de la maladie, ce qui fait qu’il est passé inaperçu — d’où le besoin de surveiller, en amont, le développement des zoonoses en général et des coronavirus aujourd’hui.

Il est donc indispensable d’identifier le bassin du virus et de l’isoler pour produire un vaccin. Comme toutes les zoonoses, le virus SARS-CoV2 (initialement identifié comme Covid-19) a dû franchir la barrière inter-espèces. Son hôte est une espèce de chauve-souris qui a infecté un mammifère ; le virus subit alors une mutation lui permettant de se transmettre à l’homme. Les scientifiques supposent que le SARS pourrait sévir, à l’avenir, dans une mutation saisonnière comme la grippe et les laboratoires travaillent à marche forcée sur la découverte d’un vaccin.

A ce jour, La Chine, les Etats-Unis, la Corée du Sud, la France et d’autres pays testent des vaccins contre le nouveau coronavirus. Toutes ces équipes de chercheurs savent cependant que la mise au point d’un vaccin ne permettra pas d’enrayer l’épidémie actuelle. De plus, une fois le vaccin découvert, il faudra tout d’abord le tester sur des animaux, puis sur des humains, et ensuite compter entre 6 et 36 mois pour la production, le conditionnement et la livraison aux différents pays, qui devront aussi effectuer des contrôles de qualité. Une véritable angoisse pour ces équipes de scientifiques pour qui le temps presse car le virus fait des ravages.

Vaccin : survol des efforts en cours

De nombreux pays ont engagé une recherche sur plusieurs possibilités de vaccins. La liste qui suit n’est pas exhaustive mais tend à démontrer une dynamique et une collaboration internationale :

  • Depuis janvier 2020, le Centre international des vaccins (VIDO-InterVac) de l’Université de la Saskatchewan, au Canada, travaille sur un vaccin qu’il a testé sur des animaux en mars 2020 et finalisera les tests sur les humains en 2021.
  • Plusieurs laboratoires aux Etats-Unis ont annoncé qu’ils travaillaient sur un vaccin, dont l’Université de Washington à St. Louis, l’US Army Medical Research and Materiel Command à Fort Detrick et le Walter Reed Army Institute of Research à Silver Spring, dans le Maryland. Emergent Biosolutions s’est associé à Novavax Inc., annonçant un essai clinique de phase I d’ici juillet 2020. De plus, un partenariat est en cours entre la société pharmaceutique américaine Pfizer et la société allemande BioNTech pour développer conjointement un vaccin à base d’ARNm.
  • Le 20 mars, la Russie a commencé des tests sur animaux avec six vaccins candidats différents, qui seront testés sur des furets et des primates. L’Inde n’est pas en reste, selon le ministère indien de la Santé : ses chercheurs travaillent sur des candidats vaccins.
  • Selon French.xinhuanet.com, les experts médicaux militaires de la Chine n’ont pas perdu de temps pour intensifier la recherche sur les vaccins. En effet, le 19 mars, après des tests convaincants sur des souris, 108 personnes ont reçu une première injection d’un vaccin à Wuhan, premier foyer connu de l’épidémie. Ces volontaires seront suivis pendant six mois. Forte de ses découvertes, la Chine a partagé avec le monde entier le séquençage complet du génome du nouveau coronavirus que les laboratoires ont identifié, en vue d’une coopération internationale sur la découverte d’un vaccin. Lors d’une conférence de presse, le vice-ministre des Sciences et Technologies, Xu Nanping, a déclaré l’ouverture d’une coopération entre entreprises chinoises et internationales dans cinq approches différentes en vue de développer des vaccins. Un bel exemple d’humanisme.

Quid du vaccin contre le coronavirus en France ?

Actuellement, 300 hôpitaux et 900 laboratoires sont mobilisés en Europe sur la mise au point d’un vaccin contre le coronavirus, la Commission européenne leur a alloué un budget de 10 millions d’euros…

Depuis fin mars, divers pays (France, Allemagne, Pays-Bas, Australie) effectuent des essais cliniques afin de tester les propriétés immunologiques du vaccin antituberculeux, le BCG. Une force opérationnelle a été mise en place au sein de l’Institut Pasteur en France, qui connaît la séquence du génome du virus depuis plusieurs semaines. Selon le directeur scientifique de l’Institut Pasteur, le Pr Christophe d’Enfert, certains chercheurs poussent leurs expériences à partir du vaccin contre la rougeole, qui appartient à la même famille de virus que le coronavirus SARS-CoV-2, pour faire leurs premiers essais.

Comme le précise Vincent Enouf, directeur adjoint du centre de référence des virus respiratoires de l’Institut Pasteur : « On utilise le squelette de la rougeole pour faire un vaccin contre le coronavirus. On va utiliser les capacités naturelles du virus à aller à certains endroits, à propager une information qui permettra de stimuler votre système immunitaire et de le stimuler contre le coronavirus. » Ce vaccin vivant atténué a en effet déjà montré des résultats intéressants contre d’autres infections respiratoires et pourrait être un atout contre le Covid-19. Les chercheurs pourront ainsi obtenir un dérivé de vaccin que tous les pays du monde savent produire.

Après des résultats probants, les chercheurs de l’Institut Pasteur ont testé, mi-mars, des prototypes de plusieurs vaccins sur des souris« Les tests vont durer un mois, un mois et demi : on vaccine des souris, ensuite, on leur prend régulièrement du sang pour voir si elles ont fait des anticorps contre le vaccin. Si elles ont fait des anticorps, on les infecte avec le coronavirus et on voit si elles résistent », précise un chercheur de l’Institut.

L’utilité des vaccins déjà connus

Les campagnes des mouvements anti-vaccination ont des conséquences dramatiques, provoquant la résurgence de maladies dues aux virus de la rougeole, de la polio et de la tuberculose, considérées jusque-là comme éradiquées dans les pays occidentaux. Aux Etats-Unis (cf. carte ci-dessous), où la population a majoritairement refusé la vaccination contre ces maladies, on déplore le plus fort taux de contamination et de décès, après les pays européens. De ce fait, les chercheurs ont émis l’hypothèse que les pays ayant une bonne protection vaccinale contre ces virus avaient plus de résistance et moins de cas, proportionnellement, en stade2 du CoVid-19.

On peut constater sur ces deux cartes que les cas de contamination par la rougeole, la polio et la tuberculose aux Etats-Unis et en Angleterre sont encore plus nombreux que dans le reste de l’Occident. Les campagnes des Antivax en sont la cause. Source image : https://trustmyscience.com/carte-interactive-mondiale-resume-degats-causes-par-mouvement-anti-vaccination/
Les dégâts causés par la campagne anti-vaccination
On peut constater sur ces deux cartes que les cas de contamination par la rougeole, la polio et la tuberculose aux Etats-Unis et en Angleterre sont encore plus nombreux que dans le reste de l’Occident. Les campagnes des Antivax en sont la cause. Source image : https://trustmyscience.com/carte-interactive-mondiale-resume-degats-causes-par-mouvement-anti-vaccination/
Crédit : Trust my science

Rappelons que l’immunité innée est la première à s’activer en cas d’infection, et que des études épidémiologiques démontrent un effet protecteur non spécifique contre les infections, en particulier respiratoires, de vaccins vivants comme le BCG, le vaccin contre la rougeole ou encore le vaccin oral contre la polio. Les chercheurs ont constaté depuis longtemps que ces vaccins, produits à partir de virus vivants atténués, avaient des effets bénéfiques sur certaines infections virales et augmenteraient les défenses immunitaires naturelles des individus vaccinés. Par exemple, le vaccin anti-tuberculeux induirait ainsi une « immunité innée entraînée ».

L’idée est alors venue de tester le vaccin du BCG dans une possible diminution de la virulence de l’infection au CoVid-19 en stimulant la mémoire de cette immunité innée. De plus ce vaccin a un coût de production modique : « Le vaccin BCG est très bien connu (plus de 3 milliards de personnes vaccinées dans le monde) ; beaucoup de données existent et ses contre-indications (immunodéficience notamment) sont peu nombreuses et bien identifiées. Enfin, il s’agit d’un des vaccins les moins chers au monde » (Presse-Inserm, 1er avril 2020). Une alternative possible en attendant de mettre à disposition un vaccin contre le coronavirus.

Ce vaccin étant reconnu depuis des dizaines d’années, on peut immédiatement installer des protocoles d’essais cliniques randomisés. D’abord prévus sur la base du volontariat chez les personnels soignants à forte exposition aux malades, ils auront pour objectif d’évaluer l’efficacité du vaccin BCG contre le Covid-19. Déjà 1000 personnes aux Pays-Bas et 4000 en Australie ont reçu le vaccin. Selon le service de presse de l’Inserm, Camille Locht, directeur de recherche Inserm à l’institut Pasteur de Lille, prépare la mise en place d’un « essai clinique français en double aveugle dans une collaboration avec l’Espagne, qui mène également des recherches sur un projet de ce type, [qui] pourrait permettre de comparer à grande échelle les bénéfices de la vaccination au BCG à un placebo commun aux deux pays ».

Conclusion

Cette mobilisation des laboratoires de recherche médicale offre un bon exemple d’une collaboration internationale pour l’avenir de l’humanité. C’est une occasion unique de sortir des guerres issues des esprits pervers de la géopolitique britannique et de leurs valets néo-conservateurs américains.
C’est en unissant les efforts de tous les pays dans un projet mondial commun de politique de santé publique que nous pourrons assurer ensemble l’avenir de l’humanité.

Quand la spéculation s’en mêle

Dans une approche à but lucratif, une start-up basée à Boston, aux Etats-Unis, a lancé une campagne vaccinale soutenue par les marchés financiers. Le 16 mars, les Instituts nationaux de la santé (NIH) ont annoncé l’essai de vaccin de Moderna Therapeutics. Contre toute éthique scientifique, le vaccin ARNm-1273 est testé directement sur 45 volontaires aux Etats-Unis, sans passer par des essais sur l’animal.

Dans une course spéculative au traitement, il a été développé en 23 jours dans un laboratoire de biotechnologie, basé sur l’ARN messager et non sur la technique traditionnelle du vaccin, qui consiste à injecter un virus inactivé ou atténué pour que le corps apprenne à s’en défendre. Si ses activités spéculatives pèsent déjà en bourse, ses résultats biologiques sur les 45 cobayes humains ne seront pas connus avant 12 ou 13 mois. En espérant qu’ils ne seront pas toxiques. (Voir ici)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Nos articles sur le Coronavirus

Le bond en avant de Louis Pasteur
1er juillet 2011
Science
Le bond en avant de Louis Pasteur

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard