Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

3 août - OPÉRATION SPÉCIALE : Sponsorisez l’envoi de notre feuille de route aux élus locaux ! Lire 30 juillet - Fusion nucléaire : le projet ITER, une promesse de paix Lire 26 juillet - Retour au Plan ou suite du plan-plan ? Lire
AccueilNotre actuAnalyses
Retraites, assurance maladie, chômage

Notre Sécurité sociale : mieux la connaître pour mieux la défendre

Le bras de fer est engagé. La population est de nouveau dans la rue, et sûrement pour longtemps. Elle n’est pas bête : elle voit bien que derrière la novlangue des « réformes », de la « modernisation » et de l’adaptation aux « réalités du monde moderne », se profile une destruction en règle de tout ce qui fut la base même de notre modèle républicain : notre système d’éducation mais également notre Sécurité sociale, enviée partout dans le monde et dont on a soufflé en 2015 les 70 bougies.

En face, l’élite hors sol a de plus en plus de mal à cacher sa soumission aux forces de l’argent. Elle est convaincue que la mise en concurrence permanente des uns contre les autres constitue l’unique voie du salut. Pour elle, le progrès, c’est que la réalité sociale s’aligne sur celle des marchés.

Ainsi, pour ces adeptes de ce qu’il faut bien appeler un nouveau darwinisme social, les principes de base de la Sécurité sociale, qui incarnent aussi bien le préambule de notre Constitution que notre devise nationale « Liberté, égalité, fraternité », doivent être éradiqués !

Le préambule de notre Constitution de 1946 ne précise-t-il pas l’obligation de

garantir à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence. (Art. 11)

Disons-le franchement : les réformes en cours sont une violation de la Constitution française. C’est ce que nous allons voir dans ce rapide historique de notre modèle social.

Trois modèles historiques

Pour s’y retrouver, on doit d’abord distinguer trois modèles :

  1. Le paternalisme industriel
    Dans les sociétés paternalistes, le patron, se considérant comme « le père » de ses « enfants salariés », en échange de leur respect et au nom d’un sentiment de bienveillance et de son intérêt bien compris, leur procure un certain nombre d’avantages sociaux, que la société est encore incapable de leur fournir (éducation, logement, soins médicaux, retraite, etc.). Bien que le président américain Franklin Roosevelt ait tenté en 1935 de créer une vraie sécurité sociale universelle, elle reste conçue outre-Atlantique comme subsidiaire, vouée uniquement à pallier les défaillances du marché et des donations privées. En effet, les Américains se méfient toujours du comportement potentiellement opportuniste des bénéficiaires. Le hic – et non des moindres – c’est que lorsqu’une entreprise disparaît, elle emporte avec elle tous ces avantages, laissant des familles entières sur le carreau.
  2. Le modèle étatique, dit « beveridgien »
    Au Royaume-Uni, c’est en 1942 que Lord Beveridge (1879-1963) proposa un plan de sécurité sociale en vue d’éliminer la pauvreté. Comment ? En généralisant les prestations forfaitaires à toute la population et en créant un service national de santé, directement financé par l’impôt. Ce plan minimaliste d’Etat providence à l’anglaise fut adopté suite à la victoire des Travaillistes en 1945. Dans un esprit d’assistanat, c’est l’État qui s’occupe de tout.
  3. Le modèle dit « bismarckien »
    Il y a 120 ans, sous la pression des syndicats socialistes, le chancelier Otto von Bismarck (1815-1898) mit en œuvre en Allemagne un système de protection sociale contre les risques liés à la maladie (1883), aux accidents de travail (1884), à la vieillesse et à l’invalidité (1889). C’est à ce moment-là qu’apparut le terme de « Sécurité sociale », une contraction des termes « sécurité économique » et « assurance sociale ». Contrairement au modèle beveridgien, il ne s’agit pas d’assistanat mais d’un système par répartition (les actifs paient pour les anciens), via une mutualisation des moyens et une socialisation des risques. Le modèle bismarckien, qui repose sur l’assurance professionnelle obligatoire et la solidarité nationale, offre en même temps une certaine autonomie aux forces vives de la nation (salariés, employeurs). En effet, ces derniers sont chargés de gérer ensemble les cotisations qu’ils versent et dont ils fixent, avec l’État, les contours. En principe, ce dernier n’intervient qu’en cas de problème majeur, notamment pour combler les déficits. C’est le cas par exemple pour les retraites des mineurs, car plus aucune mine n’est exploitée en France. Fruit d’un long combat, l’esprit de ce modèle émane du vieux principe chrétien, socialiste et humaniste de fraternité, unissant tous les individus qui participent à la construction de la société. Ce principe oblige chacun, qu’il soit riche ou pauvre, à contribuer selon ses moyens, c’est-à-dire proportionnellement à ses revenus. Mais il permet aussi à chacun, de façon équitable, de recevoir selon ses besoins, c’est-à-dire sans égard à son état relatif de richesse, afin de faire face aux aléas de la vie (maladie, vieillesse, chômage, maternité, etc.). La région d’Alsace-Moselle, annexée par l’Empire allemand de 1871 à 1918, fut la première à bénéficier de ce régime et l’a conservé jusqu’à ce jour, certains appelant d’ailleurs à le généraliser à tout le territoire français.

En France

En France, c’est Jean-Baptiste Colbert qui a inventé les retraites par répartition : l’ordonnance du 19 avril 1670 prévoit le premier régime de retraite en France (pour la marine de guerre) appliqué par règlement royal du 23 septembre 1673 qui met en oeuvre un fonds de retraite des marins financé par une cotisation prélevée sur la solde des Officiers...

Plus récemment, bien qu’il y eût avant cela d’autres initiatives allant dans ce sens (le solidarisme de Léon Bourgeois, la CGT, le Front populaire, etc.), ce sont « Les Jours heureux », autrement dit le programme du Conseil national de la Résistance (CNR) adopté le 15 mars 1944, qui ont posé nos fondamentaux. Le CNR consacre un article entier à l’instauration d’un « plan complet de sécurité sociale visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils seront incapables de se les procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’Etat ».

Pourtant les discussions préalables ne furent pas de toute tranquillité ! Le mode de financement opposait en effet les membres du CNR. Le communiste Pierre Villon, par exemple, était favorable à ce que les assurances sociales soient « à la charge de l’État », quand d’autres préféraient « un vaste système d’assurances ». Pour parvenir à un consensus, on supprima la formule suivante : « Les assurances sociales à la charge de l’État couvrant tous les risques de maladie et d’accidents. » Le terme « assurances sociales » fut remplacé par celui de « sécurité sociale », en référence au discours du général de Gaulle, dans sa Déclaration aux mouvements de Résistance de juin 1942 où il déclare :

A l’intérieur, il faudra que soient réalisées, contre la tyrannie du perpétuel abus, les garanties pratiques qui assureront à chacun la liberté et la dignité dans son travail et dans son existence. La sécurité nationale et la sécurité sociale sont, pour nous, des buts impératifs et conjugués.

Ainsi, le nouveau système français de Sécurité sociale, inspiré avant tout par les principes d’universalité (n’en déplaise au gouvernement actuel !), d’unité et surtout de solidarité nationale, allait faire la synthèse.

A la fin de la guerre, le premier gouvernement provisoire présidé par de Gaulle adopta les fameuses ordonnances des 4 et 19 octobre 1945 relatives à la Sécurité sociale, la première portant sur l’organisation et la seconde sur les prestations. Dans le contexte économique particulièrement difficile de l’époque, elles ne s’appliquaient qu’aux travailleurs salariés et non-salariés. C’est plus tard qu’elles seront complétées par d’autres ordonnances, généralisant leur application à l’ensemble des Français.

Parmi les personnalités ayant participé à leur élaboration et surtout à leur mise en œuvre, on trouve :

  • Adrien Tixier, qui représenta la France libre à la Conférence internationale du travail, en mai 1944 à Philadelphie. Il fut commissaire général aux Affaires sociales dans le gouvernement provisoire, du 26 août 1944 au 9 septembre 1944 ;
  • Alexandre Parodi, maître de requêtes au Conseil d’Etat, qui lui succéda au poste de ministre du Travail et de la Sécurité sociale, une fois les ordonnances adoptées. Il défendit l’idée de « prélever sur les revenus des individus favorisés les sommes nécessaires pour compléter les ressources des travailleurs ou des familles défavorisées » ;
  • L’avocat Pierre Laroque, résistant actif, déjà impliqué dans les projets des Assurances sociales avant-guerre. Directeur général des Assurances sociales dès le 5 octobre 1944, proche de De Gaulle, il présida la Caisse nationale de sécurité sociale jusqu’en 1967 ;
  • L’ancien ouvrier sidérurgiste et militant communiste Ambroise Croizat, nommé ministre du Travail le 21 novembre 1945. Il joua un rôle prééminent dans la mobilisation des unions locales et départementales de la CGT en vue de créer les caisses locales. En 1947, Laroque disait de lui : « En quelques mois et malgré les oppositions, a été bâtie cette énorme structure, la Sécurité sociale. Il faut dire l’appui irremplaçable d’Ambroise Croizat. » Ce dernier milita pour la création de comités d’entreprise, de la médecine du travail, de la formation professionnelle, de la réglementation des heures supplémentaires ou encore du statut des mineurs. S’inspirant du langage rooseveltien, Croizat disait que la Sécurité sociale allait permettre de

    vivre sans l’angoisse du lendemain, de la maladie ou de l’accident de travail, en cotisant selon ses moyens et en recevant selon ses besoins.

Le chantage financier

La Sécurité sociale s’est vite trouvée confrontée à des difficultés financières. Côté dépenses d’abord, à cause de l’allongement de l’espérance de vie, des progrès dans le domaine médical et de l’amélioration du niveau des retraites.

Côté ressources ensuite, du fait qu’on allait laisser s’installer un chômage de masse, refuser l’égalité salariale homme/femme et détourner les profits (qui auraient dû être réinvestis dans la production et les salaires) vers une spéculation de plus en plus folle. Qu’on se le dise, ce sont ces derniers facteurs qui restent aujourd’hui le nœud du problème !

Dans un premier temps, pour « maîtriser les dérives », une ordonnance de 1967 morcela la sécurité sociale en branches autonomes (famille, maladie, accidents du travail et maladies professionnelles, retraites et recouvrement). Depuis, chaque branche, gérée de façon indépendante, doit tendre à l’équilibre. De ce fait, si l’une d’entre elles est en déficit (comme la santé ou la retraite), impossible d’aller puiser dans d’autres branches plus prospères.

Les gouvernements suivants, refusant de rétablir une dynamique de plein emploi via une politique volontariste de croissance et de développement, cherchèrent alors, par des astuces comptables, à colmater les brèches en imposant des taxes… y compris sur les retraites elles-mêmes. C’est le cas de la Contribution sociale généralisée (CSG), mise en place depuis février 1991, et de la Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), créée en 1996.

Et pour faire accepter le déremboursement graduel des soins médicaux, la Couverture maladie universelle (CMU), filet de sauvetage ultime, apparut en 1999. A cela s’ajouta, en 2004, l’instauration du parcours de soins coordonné par le médecin traitant, toujours en vue de « rétablir l’équilibre » dans un monde en régression.

Il faut le dire et le répéter : tout gouvernement se soumettant à une austérité et une « non croissance » dictées par les marchés financiers (et leur fidèle courroie de transmission qu’est l’Union européenne) se trouvera inexorablement devant un choix cornélien : rallonger la durée de travail et/ou augmenter les cotisations, ou réduire le montant des retraites.

Déjà le gouvernement Balladur avait remplacé la base de référence pour le calcul des retraites, la faisant porter sur les 25 meilleures années de carrière, au lieu des 10 retenues auparavant.

Aujourd’hui, c’est à juste titre que le nouveau système monétariste « à points » fait peur. Non, la valeur de ces points ne sera pas garantie, car elle sera fixée non plus par les partenaires sociaux mais par un algorithme échappant à leur champ de gestion !

Ce nouveau calcul sera basé sur les montants (points) cotisés, l’espérance de vie de l’assuré et la bonne (ou mauvaise) santé de notre Produit intérieur brut (PIB). Ce n’est pas seulement suicidaire, c’est une triple infamie :

  • D’abord, parce qu’en distribuant quelques miettes aux plus dépourvus pour éviter l’émeute, on reviendra, de fait, à un système d’assistanat, que les fondateurs de notre système, le jugeant indigne, avaient donc écarté !
  • Ensuite, parce que c’est la fin de l’autonomie des caisses paritaires, qui ne resteront dans le circuit que pour conseiller et avaliser un système étatique.
  • Enfin, et c’est le plus grave, chacun recevra, non plus selon ses besoins mais selon ce qu’il aura cotisé. En clair, celles et ceux dont les carrières ont été « hachées » pour diverses raisons (maternité, personnelles, familiales, etc.), y compris indépendantes de leur volonté (maladie, chômage, etc.), seront lourdement pénalisés. L’argument selon lequel ceux qui ont cotisé pendant 40 ans méritent une meilleure retraite que ceux qui n’en ont travaillé que 20, ne tient pas… surtout quand on constate le grand nombre de retraités qui redistribuent, autant que possible, une partie de leur pension à leurs enfants et petits-enfants, souvent moins bien lotis qu’eux-mêmes !

Vu l’insécurité et le manque de lisibilité des réformes en cours, il est certain qu’on assistera (et c’est sans doute un des buts recherchés) à une redirection massive de l’épargne vers les compagnies d’assurance, qui s’en frottent déjà les mains. Après tout, des fonds de pension comme BlackRock, qui ont contribué à l’élection de Macron et de son équipe, attendent à bon droit un petit « retour sur investissement »…

Le pire argument contre la Sécurité sociale serait de dire que « depuis 1945, le monde a changé ». Certes, les progrès de la médecine ont fait progresser l’espérance et la qualité de vie ; certes, les soins qu’on peut offrir aujourd’hui aux plus âgés représentent un coût supplémentaire ; de plus, la mondialisation oblige une part croissante de la population à changer, parfois plusieurs fois, de métier ; sans compter que les structures familiales ne sont plus les mêmes, etc.

Le changement de société n’est pas un phénomène nouveau ! Il lui faut simplement des dirigeants qui aient une vision d’avenir pour le bien du plus grand nombre.

Hélas, nous faisons, bien au contraire, face à une déshumanisation croissante, et ce dont on a besoin, ce n’est pas d’un système « universel » moins solidaire, mais d’un système encore plus fraternel !

En 1951, un million de personnes ont assisté aux funérailles d'Ambroise Croizat, pour qui : « Jamais nous ne tolérerons que ne soit renié un seul des avantages de la sécurité sociale. Nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie, cette loi humaine et de progrès »
En 1951, un million de personnes ont assisté aux funérailles d’Ambroise Croizat, pour qui : « Jamais nous ne tolérerons que ne soit renié un seul des avantages de la sécurité sociale. Nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie, cette loi humaine et de progrès »

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Karel Vereycken • 27/12/2019 - 11:43

    Un commentaire sur la réforme des retraites, posté le 15 décembre sur la page Facebook de Pierre Caillaud-Croizat, petit-fils d’Ambroise Croizat :
    « Mon humble contribution au débat sur la réforme des retraites.
    J’ai pris le temps d’écouter la déclaration du premier ministre (au moins les premières minutes) et ses références à l’histoire m’ont laissé pantois.
    Il évoque le pacte social, l’esprit du CNR, les valeurs fondatrices, la France solidaire...
    Et de vouloir corriger les injustices générées par le système mis en place par Croizat (qu’il a la décence de ne pas nommer) suivant les recommandations du CNR.
    Qu’on ne s’y trompe pas !
    Cette réforme qu’il propose n’est qu’une opération de nivellement des retraites par le bas. Dans un premier temps.
    Ensuite, quand on mesurera à quel point cette retraite à points est une retraite peau de chagrin, ceux qui le pourront (toujours les mêmes, les mieux lotis), souscriront des assurances privées. C’est l’ouverture du système à la retraite par capitalisation.
    En souvenir de l’engagement du CNR, du combat mené par Croizat, pour notre bien-être et notre dignité, il ne faut pas céder.
    A toutes celles et ceux qui sont mobilisés, il faut RÉSISTER !
    Dans l’esprit du CNR et de Croizat, comme ils l’ont fait de leur temps.
    Il en va de notre avenir et de celui de nos enfants. »

    Répondre à ce message

  • Adine ROUVEURE • 17/12/2019 - 12:27

    MERCI POUR CET HISTORIQUE ET LES CONCLUSIONS

    Répondre à ce message

  • Adine ROUVEURE • 17/12/2019 - 12:26

    MERCI POUR L’HISTORIQUE

    Répondre à ce message

  • Adine ROUVEURE • 17/12/2019 - 12:25

    MERCI beaucoup !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Un nouveau plan Laroque : pour une vraie politique d’allongement de la vie
12 mai 2018
Politique
Un nouveau plan Laroque : pour une vraie politique d’allongement de la vie
Le déficit de la Sécurité sociale, un mensonge d'Etat
20 novembre 2019
Actualités
Le déficit de la Sécurité sociale, un mensonge d’Etat
Tous ensemble ! Défendons les services publics et la sécurité sociale
22 mars 2018
SNCF, hôpital, école, Ehpad, transports, université, retraites, cheminots, etc.
Tous ensemble ! Défendons les services publics et la sécurité sociale
Au fond du « trou de la sécu » : Sécurité sociale, dette et spéculation
10 juillet 2019
Actualités
Au fond du « trou de la sécu » : Sécurité sociale, dette et spéculation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard