Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 juillet - IIe Guerre mondiale : Zepp-LaRouche répond à Poutine Lire 3 juillet - EJC#31 Sécurité alimentaire : un plan pour nourrir et unir Lire 2 juillet - Action devant le ministère de la Santé : « Trions les dettes, pas les patients ! » Lire
AccueilNotre actuDéclarations
Communiqué de Solidarité & Progrès

Fermer Fessenheim, pire qu’un crime, une erreur !

Fermer Fessenheim, pire qu’un crime, une erreur !

Communiqué de S&P

Le 22 février dernier, des représentants de S&P sont venus apporter leur soutien aux défenseurs du nucléaire afin de clairement marquer notre opposition à la fermeture précoce du premier réacteur nucléaire de la centrale de Fessenheim – la fermeture du second étant programmée pour le 30 juin.

Comme chacun l’avait noté ce jour-là, la décision de fermer ces réacteurs est une erreur sur tous les plans.

Triple ambition

Avant de préciser pourquoi, voici un petit résumé de son histoire présenté sur le site de la Société française d’énergie nucléaire (SFEN) :

« En 1977, la première unité de la centrale de Fessenheim est connectée au réseau électrique français en avril, suivie d’une seconde unité en octobre. Dix ans plus tôt, le président De Gaulle autorisait la construction de cette centrale nucléaire à la frontière avec l’Allemagne pour assurer la souveraineté énergétique de la France. A cette époque, la France possédait déjà des réacteurs nucléaires de la filière uranium naturel graphite gaz (UNGG).

« En 1970, EDF décide d’abandonner cette filière pour la technologie américaine des réacteurs à eau sous pression (REP) sous licence de Westinghouse Electric Company, en prenant comme référence la centrale nucléaire de Beaver Valley en Pennsylvanie. Le projet de Fessenheim est alors financé grâce à la participation de trois sociétés : l’entreprise publique française Électricité de France (67,5 %), le groupe allemand EnBW (17,5 %) et un consortium de trois sociétés suisses (15 %). Fessenheim est donc la première centrale française équipée de cette nouvelle technologie qui est aujourd’hui majoritaire dans le monde. Un choix confirmé en 1974 par le plan du Premier ministre Pierre Messmer qui, à la suite du choc pétrolier de 1973 et l’envolée du prix du baril, décide de lancer la France dans la construction d’un vaste programme nucléaire composé de 13 réacteurs de 900 MW fondé sur la technologie REP choisie pour Fessenheim. Grâce à cette décision, le taux d’indépendance énergétique de la France est aujourd’hui l’un des plus élevés de l’Union européenne (53,1 %). »

Ce que nous rappelle cet historique, c’est que la centrale de Fessenheim était à l’origine l’expression d’une triple volonté politique : celle de développer une filière nucléaire plus sûre (le graphite étant une matière inflammable) ; celle d’une « coopération renforcée » entre partenaires européens ; et celle d’atteindre une certaine souveraineté énergétique, tant au niveau français qu’européen.

Pourquoi fermer est une erreur

1) Comme le soulignent les professionnels, une centrale ne « vieillit » pas, elle s’use. Or, dans le cas des réacteurs de la centrale de Fessenheim, à part les cuves, l’ensemble des éléments composant les réacteurs ont été remplacés ou rénovés. Pour le dire autrement, ils représentent « moins » de risques que d’autres réacteurs moins rénovés. Ainsi, en 2015, Fessenheim était même considéré comme l’une des centrales « les plus sûres de France » selon Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

2) D’ailleurs, les réacteurs de la centrale de Fessenheim, comme le rappelle la SFEN, sont identiques à ceux de la centrale Beaver Valley en Pennsylvanie. Or, alors qu’en France, l’on nous fait croire qu’il faut fermer après 40 ans, aux États-Unis, le régulateur nucléaire américain leur accorde 60 et, selon les cas, 80 ans de fonctionnement, estimant qu’ils sont construits pour durer 100 ans…

3) Ainsi, il n’est pas excessif d’affirmer que la fermeture coûtera 1 milliard d’euros par an de perte d’exploitation, soit 10 milliards dans l’hypothèse raisonnable d’une prolongation minimale de la durée d’exploitation de 10 ans.

4) La fermeture de Fessenheim a été décidée, en novembre 2011, sur « le coin de table » d’une cuisine purement électorale. À la veille du scrutin présidentiel, pour rallier l’appui des écologistes à la candidature de François Hollande, Martine Aubry offre alors sur un plateau d’argent la centrale de Fessenheim à Cécile Duflot, présidente d’EELV. En échange d’un poste ministériel, Duflot est chargée de convaincre la tribu écologiste à renoncer à la sortie totale du nucléaire. Afin de permettre à Duflot de « vendre » ce compromis à sa base, le candidat socialiste s’engage à « réduire la part du nucléaire dans la production électrique de 75 % à 50 % en 2025 ». Or, en réalité, il ne s’agit pas de réduire le nombre de kilowatts heures d’origine nucléaire mais, en augmentant la part d’électricité produite par les renouvelables (éolien, photovoltaïque), d’en réduire la part. Ainsi, Fessenheim se retrouve condamnée à la fermeture, mais uniquement le jour où le nouveau réacteur EPR de Flamanville se retrouvera connecté au réseau. Ainsi, se croyant fins politiques, Hollande et son conseiller d’alors, Emmanuel Macron, espèrent pouvoir plaire à tout le monde…

5) Dans une déclaration du 5 octobre 2012, le candidat Jacques Cheminade dénonce cette décision. Et il ajoute : « Je partage surtout le désarroi de tous les travailleurs que j’ai rencontrés à Fessenheim le 3 avril 2012, en m’interrogeant sur les emplois directs et indirects perdus si le dispositif qui fournit à l’Alsace 70 % de sa consommation d’électricité venait à disparaître. Car il s’agit à la fois de l’emploi et de la substance de notre économie. (…) c’est d’une autre transition énergétique dont nous avons besoin, celle qui puisse nous conduire, en passant par le nucléaire de la quatrième génération (neutrons rapides, thorium), vers des énergies encore plus denses et efficientes (fusion nucléaire, etc.). Comme je l’ai souligné lors de la campagne présidentielle, il y a de la place à Fessenheim et ailleurs, pour bâtir la plateforme de décollage qui permettra de passer aux formes de production d’énergie de l’avenir, à plus forte et non à plus faible densité énergétique. C’est là que se trouvent les ressources des emplois qualifiés, de la compétitivité et de la réindustrialisation que MM. Hollande et Ayrault affirment vouloir. Il n’y a pas d’issue qui ramène au passé. »

6) A cela, ajoutons que si l’on accepte l’argument répété partout que « l’urgence » est de sauver la planète des émissions de gaz carbonique, alors on doit maintenir Fessenheim, vu que sa fermeture ne peut qu’augmenter ces émissions ! En effet, comme cela s’est avéré chez nos voisins allemands, on ne peut pas substituer à une énergie pilotable comme le nucléaire, une énergie essentiellement intermittente (panneaux solaires, éoliennes), sans fatalement recourir au charbon ou au gaz, c’est-à-dire aux énergies fossiles dont on prétend, pour des raisons parfois discutables, vouloir réduire l’usage.

On ne pourra pas reprocher à nos amis défenseurs du nucléaire de passer à coté de ce simple raisonnement logique.

Mais sans doute devraient-ils pousser la logique jusqu’à ses conséquences ultimes et peut-être éviteraient-ils ainsi l’erreur de se battre sur le terrain défini par leurs adversaires. De COP en COP et à la lumière de la révolte des Gilets jaunes en France, on entend dire qu’il faut « sauver la planète mais éviter une écologie punitive », « faire en même temps du social et de l’écologie », « penser aux pays pauvres qui sont les premières victimes du réchauffement climatique », etc. Ces larmes de crocodiles versées pour apaiser les brûlures des pauvres, sont-elles vraiment sincères ? [1]

Comme par hasard, le lobby de la « finance verte » est identique au lobby malthusien pour qui la surpopulation est la mère de tous les problèmes. Comment osent-ils terroriser nos enfants ? Parmi tous ces « défenseurs de l’écologie et du social en même temps » hors de ces colonnes, avez-vous déjà entendu un responsable politique, associatif ou scientifique français défendre le droit des pays pauvres aux technologies nucléaires ? Si cela était le cas, on aurait vu une marée humaine déferler sur Fessenheim le 22 février. Et au lieu de penser à réduire notre consommation d’énergie et nos déplacements, on parlerait de produire, pour nos transports de demain (Spacetrain, locomotives hybrides d’Alstom), de l’hydrogène en très grande quantité par électrolyse à partir du nucléaire qui est tout de même la manière la plus efficace, et la moins polluante pour cela.

Cependant, on n’a jamais vu un rapport du GIEC demander un investissement massif dans le nucléaire à l’échelle mondiale. Au contraire, la priorité y est accordée à l’utilisation d’énergies renouvelables intermittentes pourtant incapables de répondre aux besoins de l’humanité. Les défenseurs du climat ne semblent pas être de grands défenseurs de l’humanité quoi qu’ils en disent. Les plus cohérents et plus fous d’entre eux diront en privé que « de toutes façons, il y a trop d’hommes sur Terre », et de nous inviter à en tirer les conséquences que nous voulons. [2]

Ceci nous éloigne de Fessenheim, me direz-vous ? Pas du tout : on ne sauvera pas le nucléaire français, en essayant de le « vendre » comme complément aux énergies renouvelables intermittentes. Il faut attaquer l’idéologie malthusienne là où elle est vulnérable : en défendant les grands projets dont l’humanité a réellement besoin.

N’attendez donc pas le 30 juin, date de la fermeture du deuxième réacteur, pour nous rejoindre dans ce combat !

Le New Deal vert : Sortir du piège de la finance verte

30 €, 150 pages, 

publié par Solidarité & Progrès. 

Pour commander : 

en ligne ou

01 76 69 14 50 ou ns.abonnements solidariteetprogres.org
Le New Deal vert : Sortir du piège de la finance verte
30 €, 150 pages,
publié par Solidarité & Progrès.
Pour commander :
en ligne ou
01 76 69 14 50 ou ns.abonnements solidariteetprogres.org

INCONTOURNABLE :

« Le New Deal vert, sortir du piège de la finance verte ! »
30 €, 150 pages,
publié par Solidarité & Progrès.

Pour commander :

en ligne ou
01 76 69 14 50 ou ns.abonnements solidariteetprogres.org

Le nouveau dossier de S&P,
un énorme pavé dans la mare verte !

Une enquête rigoureusement documentée de 150 pages sur l’étonnante manœuvre financière mettant en réseau des acteurs aussi divers que Greta Thunberg, Anne Hidalgo, Michael Bloomberg, Emmanuel Macron, Christine Lagarde, Larry Fink de BlackRock, Cécile Duflot, Mark Carney, Pascal Canfin, Arnold Schwarzenegger, Laurence Tubiana, Ségolène Royal et le Prince Charles d’Angleterre.


[1Comparons simplement les données démographiques et de consommation d’électricité de deux pays. En France, l’espérance de vie dépasse les 82 ans et la consommation d’électricité est de 6940 kWh/an/tête. Au Niger qui nous fournit en uranium, l’espérance de vie est inférieure à 62 ans et la consommation d’électricité est de 51 kWh/an/tête, soit environ l’équivalent d’une ampoule basse consommation pour 3 personnes. L’espérance de vie est très fortement corrélée avec la consommation d’électricité.

[2NOTE : Tout ceci n’est pas sans rappeler l’attitude du bon pasteur, Thomas Malthus, qui prophétisait qu’au-delà d’un milliard d’êtres humains la planète serait surpeuplée et qu’on assisterait à des grandes vagues de famines. Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage : Malthus travaillait pour la Compagnie des Indes orientales qui a organisé artificiellement des grandes famines en Inde pour garder le contrôle de ses ressources naturelles.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Jean-Louis VALAT • 12/03/2020 - 12:50

    @Pierre’Rene Beljean : ’Un véritable danger public" voilà une affirmation péremptoire sans preuve. Combien de morts, combien de victimes pour ce site ? Les installations nucléaires francaises sont sures et bien gérées. La peur du nucléaire est malhonnêtement exploitée par les antinucléaires

    Répondre à ce message

  • Pierre-René Beljean • 11/03/2020 - 21:36

    Bon débarras, cette centrale est un véritable danger public. En Suisse, on a arrêté Mühleberg et les autres vont suivre. Le plus tôt sera le mieux !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

S&P et Jacques Cheminade se battent depuis plusieurs décennies pour re-nationaliser la Banque de France, afin de reprendre le gouvernail de notre avenir et recréer des millions d’emplois.

En savoir plus
410 professionnels contre la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim
23 mars 2018
Actualités
410 professionnels contre la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim
nucléaire
16 octobre 2012
Actualités
En défense de la centrale nucléaire de Fessenheim
cheminade2012.fr
5 octobre 2012
Analyses
Rien ne justifie la fermeture de la centrale de Fessenheim avant au moins dix ans
nucléaire
5 octobre 2012
Actualités
Pour 30 anciens directeurs de sites nucléaires, fermer Fessenheim n’est pas rationnel
Arrêt du projet nucléaire Astrid : une décision idiote et anti-écologique
6 septembre 2019
Actualités
Arrêt du projet nucléaire Astrid : une décision idiote et anti-écologique

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard