Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

12 août - Christine Bierre à Xinhua : Pompeo est un danger pour le monde Lire 3 août - OPÉRATION SPÉCIALE : Sponsorisez l’envoi de notre feuille de route aux élus locaux ! Lire 30 juillet - Fusion nucléaire : le projet ITER, une promesse de paix Lire
AccueilNotre actuPartenaires

IIe Guerre mondiale : Zepp-LaRouche répond à Poutine

Helga Zepp-LaRouche , présidente de l’Institut Schiller, a réagit au texte de Poutine sur la Seconde Guerre mondiale.

24 juin 2020 (EIRNS)

L’article très direct et précis de Vladimir Poutine sur le contexte ayant conduit à la Seconde Guerre mondiale, étayé par d’importants documents historiques, ainsi que son discours au défilé militaire du 24 juin sur la Place Rouge, commémorant le 75e anniversaire de la victoire soviétique sur le fascisme, sont des textes à lire d’urgence par tout homme politique et toute personne politiquement consciente dans le monde. En même temps, il faut absolument regarder le défilé militaire dans son intégralité, en gardant à l’esprit que l’écrasante majorité de la population russe avait déjà lu l’article de Poutine avant de suivre le défilé à la télévision.

Il ressort de cet article une approche permettant de mieux comprendre pourquoi le 9 Mai est la fête la plus importante en Russie, et aussi que cette détermination presque surhumaine qui permit à la population soviétique de survivre à l’attaque barbare de la Wehrmacht et de remporter la victoire sur l’Allemagne nazie, malgré la perte de 27 millions de personnes, subsiste encore aujourd’hui en Russie. Mais Poutine tend également un rameau d’olivier à l’Ouest, en appelant tous les pays à publier les documents d’archives encore classés secrets sur l’avant-guerre et la guerre elle-même, et à les recroiser avec les témoignages des contemporains pour lancer un débat en vue d’établir la vérité historique. Cette réflexion sur les causes de la Seconde Guerre mondiale devrait amener les forces politiques mondiales à tirer les leçons nécessaires et à sortir brutalement le monde de son sommeil face au danger de guerre grandissant, de façon à ne pas répéter les mêmes erreurs.

Compte tenu de la puissance destructrice gigantesque des deux guerres mondiales du XXe siècle et de la quasi-certitude que l’humanité ne survivrait pas à une troisième, thermonucléaire cette fois, il est utile d’identifier à quel moment ces guerres mondiales devinrent inévitables. En ce qui concerne la Seconde Guerre mondiale, Poutine répond très clairement que c’est la «  trahison de Munich  », comme les Russes l’appellent à juste titre, (le « pacte de Munich » en Occident) qui en fut le déclencheur.

L’article de Poutine répond également à diverses fausses représentations historiques
, telles que la déclaration du Parlement européen du 19 septembre 2019, qui attribue aux nazis et à l’Union soviétique une responsabilité égale dans la Seconde Guerre mondiale, ou les nombreux récits qui mentionnent tous les participants à la coalition anti-hitlérienne à l’exception de l’Union soviétique, ou encore l’affirmation selon laquelle ce sont principalement les États-Unis et la Grande-Bretagne qui ont vaincu la machine de guerre nazie. Aujourd’hui, l’opinion publique occidentale ne sait plus que l’Union soviétique, en réaction à l’attaque éclair menée par les nazis le 22 juin 1941 avec une puissance destructrice jamais vue auparavant, a procédé à une évacuation sans précédent des populations et de ses installations de production vers l’Est. En un an et demi, l’Union soviétique allait dépasser la production militaire de l’Allemagne et de ses alliés.

Selon le rapport de 1945 de la Commission internationale des réparations, dirigée par le diplomate russe Ivan Maisky, le nombre de soldats déployés par l’Allemagne sur le front soviétique était plus de dix fois supérieur à celui engagé contre tous les autres fronts alliés, les quatre cinquièmes des chars allemands et environ deux tiers de leurs avions y étaient déployés.

Au total, l’Union soviétique représentait environ 75 % de toutes les opérations militaires. La déclaration de Roosevelt au peuple américain, lors de sa « causerie au coin du feu » du 28 avril 1942, est citée : « Ces forces russes ont détruit et détruisent plus de puissance armée de nos ennemis - troupes, avions, chars et canons - que toutes les autres nations réunies. »

Par ailleurs, Churchill écrivait dans une lettre à Staline, le 27 septembre 1944, que « c’est l’armée russe qui a arraché les tripes à la machine militaire allemande ». Poutine exprime sa gratitude à tous les pays et peuples qui ont combattu sur différents fronts et pour le soutien des Alliés à l’Armée rouge par la fourniture de munitions, de nourriture et d’équipements, qui représentaient 7 % de la production militaire totale de l’Union soviétique. Il s’ensuit que l’une des principales corrections à apporter aux comptes de la Seconde Guerre mondiale est de souligner, contrairement à ce qui se fait aujourd’hui, le rôle éminent de l’Union soviétique dans la victoire sur le fascisme.

Poutine établit une distinction claire entre la population allemande et les nationaux-socialistes, qui ont habilement exploité l’intention des alliés occidentaux de voler l’Allemagne, via les conditions du traité de Versailles, et l’ont poussée dans une nouvelle guerre. Il note que les États occidentaux, en particulier les forces politiques du Royaume-Uni et des États-Unis, ont rendu cela possible directement ou indirectement. Certains milieux financiers et industriels ont investi très activement dans les usines allemandes qui fabriquaient du matériel militaire, et le mouvement nationaliste d’extrême-droite comptait de nombreux partisans parmi l’aristocratie des nations occidentales et leurs élites politiques.

On pourrait ajouter que pour ces mêmes cercles, Hitler était tout à fait « acceptable socialement » : le New York Times soutint pleinement Hitler jusqu’en 1938, et le magazine Time le déclara « Homme de l’année » cette même année. Ce que Poutine ne dit que sommairement ici a été documenté très en détails par Lyndon LaRouche et les auteurs qui lui sont associés – le soutien à Hitler apporté par Averell Harriman et Prescott Bush, par Montagu Norman, directeur de la Banque d’Angleterre, et par le mouvement eugéniste américain aux enseignements raciaux des nazis. Dans son livre de 1941 intitulé « I Paid Hitler », le partenaire bancaire de Prescott S. Bush, Fritz Thyssen, a ouvertement admis qu’il était le plus généreux partisan d’Hitler. Poutine mentionne également la création délibérée de frontières arbitraires dans le cadre du traité de Versailles (on pourrait ajouter Sykes-Picot et Trianon), qui deviendraient plus tard des bombes à retardement pour la manipulation géopolitique.

Le président russe touche un point particulièrement sensible lorsqu’il aborde le fait que les hommes politiques occidentaux n’aiment pas qu’on leur rappelle le pacte de Munich, dans lequel, sous couvert d’une politique d’apaisement, on s’est partagé le butin. La Tchécoslovaquie a été trahie par ses alliés, la France et la Grande-Bretagne, et le principe d’une guerre entre l’Allemagne et l’Union soviétique avait déjà été programmé. Il était absolument clair pour les géopoliticiens britanniques et français que « l’Allemagne et l’Union soviétique s’affronteraient inévitablement et se saigneraient mutuellement à blanc », écrit Poutine.

Des documents sont également cités qui montrent comment les parties britannique et polonaise ont tenté d’empêcher la formation d’une coalition antihitlérienne, et comment la signature du pacte de non-agression, faisant de l’Union soviétique le dernier pays à signer un tel traité avec l’Allemagne, a eu lieu avec en toile de fond, la menace réelle d’une guerre contre l’Union soviétique sur deux fronts, le Japon étant déjà impliqué dans des combats acharnés sur le fleuve Khalhin-Gol.

Il devint encore plus clair que la France et la Grande-Bretagne s’accrochaient fermement à leur plan visant à ce que l’Allemagne et l’Union soviétique se détruisent mutuellement, lorsque, après l’invasion de la Pologne par Hitler, aucun des deux pays ne vint à son secours, n’effectuant qu’une avancée militaire de quelques kilomètres en territoire allemand, pour donner l’apparence d’une activité guerrière, une farce baptisée « fausse guerre », Sitzkrieg en Allemagne et « drôle de guerre » en France. Poutine cite le général Jodl qui, lors du procès de Nuremberg, déclara que si l’Allemagne n’avait pas perdu la guerre dès 1939, c’est parce que les quelque 110 divisions françaises et britanniques, qui faisaient face à seulement 23 divisions allemandes à l’Ouest, étaient restées totalement inactives pendant la guerre avec la Pologne.

Cela ne plaira pas à ceux qui, en Occident, écrivent depuis quelque temps une histoire révisionniste de la Seconde Guerre mondiale et de ses prémices, mais Poutine dévoile dans cet article l’essentiel du processus de manœuvres qui créa les conditions de la plus grande catastrophe de l’histoire à ce jour. Il appelle maintenant tous les États, chacun d’entre eux étant responsable à des degrés divers en raison de ses intérêts géopolitiques, à coopérer à cette réévaluation historique. Chacun a cru pouvoir être plus malin que les autres, écrit Poutine. Mais finalement, c’est la myopie, le refus de créer un système de sécurité collective, qui a tracé le chemin de la grande guerre.

L’appel de Poutine à rassembler un fonds d’archives complet de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de la période d’avant-guerre, dans laquelle tous les films et photographies, tous les documents déjà publiés et encore à paraître seraient mis à la disposition des historiens, doit être mis en œuvre sans délai.

Je suis profondément convaincue depuis longtemps que la population allemande, par exemple, ne retrouvera sa liberté intérieure et sa souveraineté que si elle sait qu’Hitler et les nazis n’étaient pas un phénomène purement allemand, mais un projet soutenu pour des raisons géopolitiques par les milieux britanniques et américains. C’est pour cette raison que j’ai publié en janvier 1984 le « Livre d’Hitler », un ouvrage retraçant une partie du contexte qui conduisit au nazisme, l’une des nombreuses tendances de la révolution conservatrice soutenue par l’oligarchie internationale.

Il est également urgent d’ouvrir ce débat public international parce que les gens sensés peuvent rapidement y reconnaître les parallèles avec la politique d’aujourd’hui. Le plan de l’époque, qui consistait à laisser l’Allemagne et l’Union soviétique se saigner à blanc, est aujourd’hui un plan d’encerclement de la Russie et de la Chine, et de changement de régime contre les gouvernements de ces deux nations. Aux États-Unis, c’est le « Maidan » en cours contre le président Trump, qui avait promis durant sa campagne présidentielle de 2016 d’établir de bonnes relations avec la Russie et qui, au début de sa présidence, a noué de bons contacts avec la Chine.

Le président Poutine conclut son essai en relançant l’appel au sommet entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, qu’il avait proposé et que les quatre autres chefs d’État (Français, Américain, Chinois et Britannique) ont déjà accepté. Ce sommet devrait, selon lui, discuter franchement, entre autres, des questions de maintien de la paix et en particulier, de la manière de surmonter la crise économique qui a été exacerbée par la pandémie de coronavirus. L’impact plus ou moins brutal de la pandémie, souligne-t-il, dépendra incontestablement de la capacité de ces pays à travailler ensemble, en tant que véritables partenaires, de manière ouverte et coordonnée, et à faire renaître les idéaux et valeurs humanistes élevés pour lesquels leurs pères et grands-pères se sont battus côte à côte.

Un tel sommet doit être soutenu par toutes les nations et tous les peuples épris de paix, car seule l’association entre les États-Unis, la Russie et la Chine est en mesure d’accomplir la nécessaire réorganisation du système financier désespérément en faillite, grâce à un nouveau système de crédit de Bretton Woods.

L’initiative de Vladimir Poutine d’utiliser le 75e anniversaire de la fin de la Grande Guerre patriotique pour lancer un débat international sur la vérité historique des causes de la Seconde Guerre mondiale est une remarquable opération de flanc, qui pourrait empêcher le monde de se diriger à nouveau en somnambule vers une nouvelle guerre mondiale. Voir ci-joint aussi l’honneur rendu par Serguei Lavrov, Ministre russe des affaires étrangères, au Général De Gaulle, le 13 juin, à l’occasion du 130è anniversaire de sa naissance.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Personne • 05/07/2020 - 22:00

    Si, et c’est généralement admis, la seconde guerre mondiale débute le 1er septembre 1939 par l’invasion de la Pologne par l’Allemagne et qu’au titre des accords secrets du pacte dit "pacte Molotov-Ribbentrop" du 23 août 1939, l’Union soviétique envahi elle aussi la Pologne le 17 septembre 1939, on peut tout à fait souscrire à l’idée que ces deux pays étaient complices.
    Que Vladimir Poutine veuille situer le déclenchement de la seconde guerre mondiale en 1938 avec l’affaire de Munich n’est à voir que dans l’optique pour ce stratège de faire oublier avec qui Staline complotait et pourquoi.

    • donas • 09/07/2020 - 23:53

      Staline voulait défendre le Tchécoslovaquie, pays qui lui était limitrophe. il a tenté de conclure un pacte avec la Pologne qui s’y est refusée. Pour au contraire
      en conclure un avec les nazis. La Pologne s’est jointe à eux pour la dépecer et s"emparer d’une partie de son territoire. La Russie à renouveler sa demande de signature de poste avec la France toujours pour la défense de la Tchécoslovaquie pacte refusé. S’il s’est joint aux nazis . C’était pour obliger l’Angleterre, que suivait la France, à déclarer la guerre aux nazis.Staline ne voulait pas que la Russie soit seule face à l’Allemagne. Il pensait pourtant pouvoir l’emporter, dans ce cas là. Mais que réduite en ruine, Que toute victorieuse q’elle aurait été, Elle devienne une proie facile pour ses irréductible ennemis occidentaux , Etats Unis, Angleterre, France, Espagne , Italie , pour ne citer que les principaux...

    • personne • 15/07/2020 - 13:28

      Ah bon, et c’est pas Staline qui a tellement aimé "défendre" les intérêts de la république tchécoslovaque en 1938 qu’il n’a pas pu s’empêcher, lui aussi, d’annexer une partie de cet État en juin 1945, la Ruthénie subcarpatique. C’est ballot, non ?

    • donas • 27/07/2020 - 22:27

      oui ! évidement la Tchécoslovaquie par l’étendue de son territoire maintenait les nazis à distance des frontières de la Russie Staline cherchait à tout prix à gagner du temps l’armée rouge n’étant pas encore prête pour supporter la surpuissante armée allemande. Il lui fallait disait-il deux ans pour être en état de lui tenir tête et il voyeait juste.

    Répondre à ce message

  • TheOutsider30 • 27/07/2020 - 02:18

    "Le crime impardonnable de l’Allemagne avant la seconde guerre mondiale a été sa tentative de retirer sa puissance économique du système commerciale mondial et de créer son propre mécanisme d’échange qui aurait supprimé des profits à la finance mondiales."

    - Winston churchill

    https://mega.nz/file/SuRwQK5C#4kv94sBZX6ZvAOwtXnbmaqRC-bu6-2S6tGGuXGB8XEA

    Répondre à ce message

  • Michel RUISSEAU • 13/07/2020 - 17:23

    le Droit. Quand la Commune de Paris voulait l’enseignement obligatoire et gratuit, A. Thiers dit : Un peuple trop instruit est un peuple ingouvernable.

    Répondre à ce message

  • Michel RUISSEAU • 13/07/2020 - 17:19

    Les faits historiques décrits sont l’exact déroulement de l’Histoire. Malheureusement je ne crois pas que dans nos écoles, lycées et universités on y enseigne cette vérité historique.
    D’une manière plus générale, je suis stupéfait de voir le faible niveau dans des matières connexes comme l’économie, les finances

    Répondre à ce message

  • J-L VALAT • 05/07/2020 - 17:12

    100% d’accord avec l’analyse de Mme Helga Zepp-LaRouche. Si le Président TRUMP parvient à se faire réélire et si la Communauté Européenne accepte que la France la représente, un sommet mondial pourrait être possible et une occasion à ne pas manquer

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Sergueï Lavrov rend honneur à Charles de Gaulle
25 juin
Actualités
Sergueï Lavrov rend honneur à Charles de Gaulle
La commémoration du « Jour de l’Elbe », une occasion pour rétablir la paix mondiale
30 janvier
Orientation stratégique
La commémoration du « Jour de l’Elbe », une occasion pour rétablir la paix mondiale
Helga Zepp-LaRouche : Contribuer à l'émergence d'une nouvelle ère pour l'humanité
3 janvier
Analyses
Helga Zepp-LaRouche : Contribuer à l’émergence d’une nouvelle ère pour l’humanité

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard